Donald Trump décourage ses supporteurs latinos

le
1
Donald Trump lors d'un meeting de campagne à Wilmington, dans l'Ohio, le 1er septembre.
Donald Trump lors d'un meeting de campagne à Wilmington, dans l'Ohio, le 1er septembre.

Le ton offensif choisi par le candidat républicain lors de son discours sur l’immigration à Phoenix, mercredi, a provoqué le retrait de plusieurs de ses soutiens.

Le fait du jour En choisissant la ligne dure sur l’immigration lors d’un discours prononcé à Phoenix (Arizona), mercredi 31 août, le candidat républicain à la présidentielle du 8 novembre, Donald Trump, a provoqué le retrait de plusieurs personnalités latinos qui s’étaient engagées à ses côtés.

Le ton offensif a surpris Tony Suarez, l’un des responsables de la National Hispanic Christian Leadership Conference, qui s’attendait au contraire à un adoucissement des positions du magnat de l’immobilier. Alfonso Aguilar, du Latino Partnership for Conservative Principles, a estimé qu’il ne pouvait que retirer son soutien, tout comme Jacob Monty, qui était jusqu’alors membre du National Hispanic Advisory Council, censé conseiller le candidat.

M. Trump a assuré sur Fox News, jeudi 1er septembre, que ces critiques venaient du fait que son discours « n’avait pas pu être bien compris » compte tenu de l’enthousiasme du public. Interrogé sur le sort des 11 millions de sans-papiers présents aux Etats-Unis, la majorité sans casier judiciaire, il a exclu de les expulser immédiatement en estimant qu’il faudrait tout d’abord renforcer la frontière et refouler les repris de justice.

La citation du jour « Donald Trump a placé les éléments les plus extrêmes de l’aile droite à la place du pilote de sa campagne. » John Podesta, le président de la campagne de la candidate démocrate à la présidentielle, Hillary Clinton, a commenté dans les termes les plus virulents la nomination de David Bossie au p...

Retrouvez cet article sur LeMonde.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M2687570 il y a 9 mois

    T'inquiète pas, dans 3 mois, on aura oublié ton nom !