Donald Trump, candidat footballeur

le
0
Donald Trump, candidat footballeur
Donald Trump, candidat footballeur

Candidat aux primaires du parti républicain pour les prochaines présidentielles américaines, Donald Trump empile les propos agressifs contre les Latinos. Et pourtant, Donald aurait investi dans le football colombien, à l'Atlético Nacional.

Il est sans doute le candidat le plus décrié, autant du côté des Démocrates que du côté des Républicains. Il ne fait rien comme tout le monde, et n'hésite pas à tacler les gens "de son camp", quitte à s'attirer la haine de nombreux votants. Le magnat de l'immobilier, à la tête de sa Trump Organization, explique à qui veut bien l'entendre que John McCain, candidat républicain à la présidentielle de 2008, n'est pas un héros de guerre. Parmi ses innombrables déclarations, Donald Trump empile les phrases chocs, les dérapages plus ou moins contrôlés et ceux qui ne le sont pas du tout. Bref, rien n'a vraiment changé depuis sa grande période d'animateur de télévision et de son émission, The Celebrity Apprentice, dont la NBC avait stoppé la diffusion après des propos jugés racistes envers la communauté hispanique. D'ailleurs, lors de la dernière Gold Cup sur le sol américain, les Mexicains n'avaient pas hésité à fustiger les remarques de monsieur Trump. Pendant que celui-ci investissait dans un club de football colombien.

Donald Trump et l'immigration mexicaine


C'est un peu la question que les journalistes rêvaient de poser à Miguel Herrera, le sélectionneur de l'équipe nationale du Mexique, alors que celui-ci venait de poser les pieds sur le sol américain pour disputer la Gold Cup – la compétition internationale regroupant les nations de la CONCACAF : "Que pensez-vous des déclarations de Donald Trump ?" Quelques semaines avant le début de la compétition, lors du lancement officiel de sa campagne, le candidat aux primaires républicaines n'y était pas allé avec le dos de la cuillère lorsqu'il avait évoqué l'immigration mexicaine. "Quand le Mexique nous envoie ses habitants, ils ne nous envoient pas leurs meilleurs éléments. Ils n'envoient pas des gens comme vous. Ils envoient des gens qui ont beaucoup de problèmes, et ils ramènent ces problèmes chez nous. Ils amènent de la drogue, des crimes. Ce sont des violeurs, mais certains d'entre eux, je pense, sont des gens biens", avait-il expliqué à son audience. Le public américain n'avait pas tardé à réagir, de même que la chaîne NBC.

De leur côté, les joueurs mexicains avaient répondu de la meilleure des manières. "Cela n'a pas d'importance. On ne va pas prêter attention à ces remarques", avait esquivé le sélectionneur au début de la compétition. Pendant les trois semaines…




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant