Donald Trump affronte la rébellion d'une partie des républicains

le
0
Donald Trump salue ses supporteurs, le 8 octobre à New York City.
Donald Trump salue ses supporteurs, le 8 octobre à New York City.

Après l’affaire de la vidéo aux propos obscènes, plusieurs cadres du Grand Old Party ne voteront pas pour le milliardaire et lui demandent de se retirer de la course présidentielle.

A un mois de l’élection présidentielle, une guerre s’est ouverte au sein du Parti républicain. Elle oppose le candidat Donald Trump, affaibli par la diffusion, vendredi 7 octobre, d’une vidéo datant de 2005 dans laquelle il tient des propos obscènes sur les femmes, à une bonne partie des cadres du Grand Old Party (GOP) qui jugent que le milliardaire constitue désormais un handicap insurmontable à la veille d’élections cruciales qui concernent, outre la Maison Blanche, le contrôle du Congrès.

Après quelques heures de saisissement, les voix n’ont cessé de s’élever, samedi, pour demander que le magnat de l’immobilier se retire de la course présidentielle. Deux anciens candidats républicains à la présidence, le sénateur de l’Arizona John McCain et Mitt Romney, ou encore l’ancienne secrétaire d’Etat Condoleezza Rice, restée silencieuse jusqu’à présent, ont indiqué qu’ils ne voteraient pas pour M. Trump dans un peu plus de quatre semaines.

Des élus du Sénat et de la Chambre des représentants leur ont emboîté le pas. Parmi ces voix dissidentes, on note la présence de nombreuses femmes : les sénatrices Kelly Ayotte (New Hampshire) et Shelley Moore Capito (Virginie Occidentale), ainsi que les représentantes Mia Love (Utah), la très conservatrice Martha Roby (Alabama), Barbara Comstock (Virginie) et Ann Wagner (Missouri).

Donald Trump ne renoncera pas Tout se passe comme si ces cadres républicains considéraient désormais que la Maison Blanche est hors d’atteinte et que le GOP se...

Retrouvez cet article sur LeMonde.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant