Don't take them home

le
0

Les Irlandais, désormais éliminés, vont rentrer avec leur supporters qui avaient jusque-là ambiancé toutes les villes par lesquelles ils étaient passés. Comme l'a rappelé Martin O'Neill après le match, ils n'étaient pas seulement drôles, joyeux, gentiment dragueurs ou attentionnés, ils sont aussi à l'origine de la relation forte qui a uni l'équipe et ses fans pendant cette compétition. Ils n'étaient que 5000 dans les tribunes du Stade des Lumières, mais ont, encore une fois, donné une petite leçon de ferveur et de respect de l'adversaire.

Et les joueurs irlandais sont restés sur la pelouse pour écouter une dernière fois leur merveilleux public, même si à force de le dire et l'écrire, il va falloir trouver un autre adjectif. Les joueurs de l'équipe de France étaient rentrés dans les vestiaires depuis longtemps et la sono du stade crachait sa liste de morceaux choisis estampillés " stade ". Une play-list de chansons devenue caricaturale et obsolète qui devient vite inutile voire vulgaire quand elle couvre les vrais chants de supporters irlandais et sert de cache-misère quand les supporters des Bleus sont renvoyés à leur manque de classe et de justesse. Il n'était pas franchement utile de se servir du stade de Lyon pour se demander " mais ils sont où les Irlandais " et de lancer des " olé " alors que sur la pelouse, les Français faisaient tourner les aiguilles dans les dernières minutes en jouant à la baballe, devant une opposition réduite à dix dans la majeure partie de la seconde mi-temps.

Martin O'Neill : "Un comportement impeccable"


À ce moment de la rencontre, cela sonnait comme une petite vengeance mesquine. L'équipe de France avait montré du cœur pour remettre à l'endroit un match mal embarqué depuis la première minute, mais cela ne signifiait pas que les Irlandais en étaient soudain dépourvus et qu'ils ne méritaient pas un brin de respect de la part du pays de Thierry Henry. Parce que, dans le sillage d'un soutien sans faille à 5000 au Parc OL, d'un squat en règle des réseaux sociaux tendance feel good depuis le début de l'Euro, ils sont peut-être aussi un peu responsables du bon parcours de leur sélection. Après le match, Martin O'Neill a d'ailleurs tenu à leur rendre hommage. " Ce que je remarque, c'est que peu importe ce que pensent les fans de l'équipe, la relation est forte et réciproque entre eux et les joueurs. Cela a été un tournoi splendide, ils ont été merveilleux pendant les quatre matchs. S'il est possible de donner de l'énergie supplémentaire aux joueurs, eux l'ont fait à chaque fois. J'en ai déjà parlé, mais je me souviens encore du moment où les joueurs sont sortis pour l'échauffement avant le match contre la Suède, de l'accueil des fans qu'ils ont eu. Et ça n'était que l'échauffement. Ils ont continué jusqu'à la fin. Je ne pourrais pas être plus fier de nos fans. Ils se sont…


Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant