Don d'ovocytes : l'incroyable chantage fait aux Françaises

le
0
Prélèvement d'ovocytes à l'hopital Béclère à Clamart. (Photo d'illustration)
Prélèvement d'ovocytes à l'hopital Béclère à Clamart. (Photo d'illustration)

L'infertilité liée à l'âge augmente dans tous les pays développés. Pourtant l'autoconservation ovocytaire ? la possibilité pour les femmes de conserver leurs ovocytes jeunes en vue d'une procréation plus tardive ?, autorisée dans de nombreux pays, reste interdite en France? À une exception près, concoctée par la dernière révision de la loi de bioéthique : si et seulement si les candidates acceptent de « donner » une partie de leurs ovocytes à d'autres femmes, alors elles ont le droit de conserver leur « patrimoine procréatif » pour elles-mêmes. Un protocole donnant-donnant contre lequel de nombreux médecins sont vent debout. Interview de la psychanalyste Geneviève Delaisi de Parceval*.

Le Point.fr : Que penser de ce protocole ?

Geneviève Delaisi de Parceval : Il s'agit d'une forme de chantage pensé uniquement pour trouver les donneuses d'ovocytes dont nous manquons cruellement en France? C'est un protocole biaisé qui mélange deux problématiques complètement différentes (donner d'une part, vouloir conserver de l'autre), et peut, dans certains cas, être très dommageable aux candidates : j'ai vu le cas d'une femme qui n'avait pu, après stimulation ovarienne, produire que 4 ovocytes. Or 4 est le minimum de gamètes requis pour le don. Ses ovocytes ont donc tous été donnés, elle n'a pu en conserver aucun pour elle-même?

...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant