Dominique Strauss-Kahn libéré mais toujours menacé de poursuites

le
5
DOMINIQUE STRAUSS-KAHN LIBRE MAIS TOUJOURS MENACÉ DE POURSUITES
DOMINIQUE STRAUSS-KAHN LIBRE MAIS TOUJOURS MENACÉ DE POURSUITES

par Pierre Savary

LILLE (Reuters) - Dominique Strauss-Kahn est sorti libre mercredi de la caserne de gendarmerie de Lille après une journée et demie de garde à vue dans une affaire de proxénétisme mais il reste menacé de mise en examen.

Il était interrogé depuis mardi matin par des enquêteurs de la police judiciaire et de l'inspection générale de la police nationale (IGPN) dans cette enquête ayant mis au jour des rencontres avec des prostituées organisées en 2010 et 2011 par deux amis entrepreneurs et un policier, à Paris et Washington.

Même s'il n'a pas été présenté dans l'immédiat aux trois juges d'instruction chargés de l'affaire, il a été convoqué par ces magistrats qui pourront le mettre en examen, dit-on de source judiciaire. Le rendez-vous est fixé au 28 mars, croit savoir le site internet du Journal du Dimanche.

Il est parti en voiture sans faire de commentaires. Me Frédérique Beaulieu, son avocate, a expliqué aux journalistes qu'il avait répondu à toutes les questions.

"Il est parfaitement satisfait d'avoir été entendu dans des conditions qui ont été d'une grande sérénité. Il a répondu à l'ensemble des questions (... ) Qu'il ressorte libre est une très bonne chose, il est normal qu'il ressorte libre dès lors qu'il s'est complètement expliqué", a-t-elle dit à la presse.

La qualification de "recel d'abus de biens sociaux" est envisagée, mais elle suppose d'avoir des éléments susceptibles de prouver qu'il savait que les jeunes femmes rencontrées étaient des prostituées et qu'elles étaient payées par ses amis avec les fonds de leurs sociétés.

Quant à la qualification de "complicité de proxénétisme", évoquée aussi de source proche du dossier, elle semble encore plus difficile à établir puisqu'elle suppose que Dominique Strauss-Kahn ait participé à l'organisation du commerce des prostituées.

Dominique Strauss-Kahn ne peut en France être poursuivi pour avoir été le client de prostituées. La défense de l'ancien ministre PS de l'Economie (1997-199) n'a pas fait de déclarations durant la garde à vue.

LE PS LE RENVOIE À LA RUBRIQUE DES FAITS DIVERS

Dominique Strauss-Kahn a dit à son biographe Michel Taubmann fin 2011 qu'il avait bien participé à des soirées qu'il dit "libertines" mais sans savoir qu'il avait affaire à des prostituées.

"Je n'ai jamais rien fait d'illégal. La prostitution, le proxénétisme, je les ai en horreur", disait-il. Son avocat Henri Leclerc avait dit en décembre sur Europe 1 qu'il pouvait ignorer que les femmes étaient des prostituées.

Proche de Dominique Strauss-Kahn, le commissaire divisionnaire lillois Jean-Christophe Lagarde, poursuivi pour proxénétisme aggravé en bande organisée et recel d'abus de biens sociaux, est soupçonné d'avoir organisé des déplacements de prostituées à Paris et aux Etats-Unis pour Dominique Strauss-Kahn en 2010 et au printemps 2011, quand il dirigeait le FMI.

David Roquet, employé d'une filiale du groupe de BTP Eiffage, et Fabrice Paszkowski, gérant d'une société de matériel médical et militant PS, sont aussi mis en examen et ont été écroués plusieurs mois comme organisateurs des rencontres, dont ils ont pris en charge les frais.

La société Eiffage nie avoir eu connaissance des faits, comme le dit son employé, et s'est constituée partie civile. Elle dit avoir mis au jour 50.000 euros de dépenses.

Cette audition intervient pendant la campagne présidentielle, dont Dominique Strauss-Kahn fut le favori avant son arrestation à New York en mai dernier sous l'accusation d'agression sexuelle sur une femme de chambre. Il a bénéficié d'un abandon de poursuites en septembre.

Le Parti socialiste et son candidat, François Hollande, ont pris leurs distances avec lui, notamment quand il a été à nouveau interrogé par la police à son retour à Paris sur la supposée agression sexuelle de la journaliste Tristane Banon en 2003. Le parquet de Paris a jugé les faits établis mais classé l'affaire sans suite pour cause de prescription.

Le PS a renvoie désormais son ancien champion à la rubrique des faits divers. "DSK, c'est DSK, c'est la colonne faits divers (...) Je crois que chacun a bien compris que Dominique Strauss-Kahn avait réussi à faire en sorte qu'il y ait deux vies: l'une qu'il cachait et l'autre qui était sa vie politique", a dit mercredi Michel Sapin, responsable du programme de François Hollande.

La première secrétaire du PS, Martine Aubry, a abondé dans ce sens. "Aujourd'hui, les Français, ce qu'il veulent savoir, c'est pas l'avenir de Dominique Strauss-Kahn, c'est comment on va sortir de la situation de chômage dans laquelle ils sont, le pouvoir d'achat", a-t-elle dit à l'émission Questions d'infos sur LCP.

avec Thierry Lévêque à Paris, édité par Patrick Vignal

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • grokuik1 le mercredi 22 fév 2012 à 19:48

    censuré ?? VOIR http://www.citationspolitiques.com/theme.php3?id_mot=212c'est pas mal !! de toutes époques je vois !!

  • grokuik1 le mercredi 22 fév 2012 à 19:41

    LA FONTAINE (Jean de)| Bio express : Poète français (1621-1695)Il y a eu la révolution 1789 , mais rien n'a changé !!!

  • Georg47 le mercredi 22 fév 2012 à 19:22

    "Le PS a renvoie désormais son ancien champion à la rubrique des faits divers. "DSK, c'est DSK, c'est la colonne faits divers"Ils oublient vite au PS,ils oublient qu'ils ont présenté DSK comme le sauveur, le moralisateur de la politique ......

  • dhote le mercredi 22 fév 2012 à 19:15

    J'espère qu'il n'y aura pas de justice des puissants!!!

  • Georg47 le mercredi 22 fév 2012 à 19:14

    La Justice devrait, maintenant, rechercher quelles contre-parties DSK a donné à Eiffage....