Dominique Reynié "sauvé" par... Nadine Morano

le
0
Dominique Reynié en meeting à Béziers, le 8 octobre.
Dominique Reynié en meeting à Béziers, le 8 octobre.

L'une part, l'autre reste. La polémique autour des propos sur la France pays de "race blanche" - prononcés par Nadine Morano et qui ont entraîné son exclusion de la liste Grand Est - a fait un heureux : Dominique Reynié. La tête de liste aux régionales en Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées était en effet sur la sellette. S'il n'y avait pas eu l'affaire Morano, Sarkozy l'aurait sans doute viré", affirme dans 

Le Parisien

Jean-Pierre Grand. Le sénateur Les Républicains (LR) de l'Hérault, opposant à la désignation du politologue, explique que le président du parti "ne pouvait pas ajouter du désordre au désordre".

Candidature critiquée

La cause du courroux du parti : le travail solitaire de Reynié. Deux jours avant la commission nationale d'investiture (CNI), "Dominique Reynié a désigné ses candidats. Le problème, c'est que c'est ces noms n'étaient pas ceux que la CNI devait annoncer", explique un membre de la commission. Après avoir conclu un accord local avec l'UDI, le MoDem et Chasse, Pêche, Nature et Tradition, Dominique Reynié aurait affirmé : "Ce sont mes listes, c'est moi qui vais les conduire", rapporte le quotidien. Au Point.fr il s'en défend, estimant que constituer ces multiples listes est un travail de fourmi et qu'il n'avait pas à en rendre compte dans le détail

LIRE notre interview de Dominique Reynié Régionales 2015 - Dominique Reynié : "Les gens ne me parlent...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant