Dominique Reynié : "En me maintenant, je tiens ma ligne"

le
0
Dominique Reynié prendra bien part à la triangulaire.
Dominique Reynié prendra bien part à la triangulaire.

Le Point.fr : Pourquoi vous maintenez-vous ?

Dominique Reynié : J'ai toujours dit que je le ferai, je n'ai jamais varié. J'ai toujours pensé que le front républicain ne faisait que précipiter ce que l'on voulait éviter. Je l'ai écrit dans Le Figaro lors de la partielle dans le Doubs en février 2015. Le front républicain revient à administrer un médicament à un malade tout en sachant qu'en même temps vous le tuez. Ce n'est pas un remède efficace, mais un poison. Dès ma première réunion publique comme candidat, le 7 mai, j'ai annoncé qu'avec moi il n'y aurait ni retrait ni fusion. J'ai fait une déclaration en ce sens hier soir, à 21 h 15, avant d'avoir Nicolas Sarkozy au téléphone à 23 h 30. Nous devons à nos électeurs de respecter nos engagements. S'effacer, cela voudrait dire que tout ce que l'on a fait était vain. Étant un jeune homme politique, à 55 ans, ma promesse, j'y tiens beaucoup. Mon score de dimanche a été affecté par ces rumeurs, agitées par Marine Le Pen, selon lesquelles j'appellerais au soir du premier tour à la fusion ou au retrait de ma liste. Je m'en tiens à ce que j'ai toujours dit.

Une position de principe ?

Sur le fond, si nous avons dans un système démocratique deux familles, gauche et droite, qui s'opposent, puis après appellent à voter l'une pour l'autre, vous rendez-vous compte du message envoyé aux...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant