Dominique Grimaud - "Mon Platini à moi"

le
0
Michel Platini, l'étoile du football mondial victime d'une éclipse. Passagère ?
Michel Platini, l'étoile du football mondial victime d'une éclipse. Passagère ?

C'est curieux, je ne t'imagine pas vivre une vie sans foot. Je sais, tu as des amis, des proches, des supporteurs partout où la balle est ronde et dans les mémoires qui ne se perdent pas. Jusqu'à la fin de tes jours, de nos jours et de ceux qui viendront après, ta place sera grande dans les livres d'histoire, où ton nom roulera à côté de ceux, plutôt rares, qui auront griffé ce sport qui nous renvoie sans cesse à nos émois d'enfant.

Moi, mon premier grand souvenir de toi, c'était au stade Bollaert, à Lens. Il y a longtemps. Tu es rentré sous le maillot de Nancy. Un contrôle à trente mètres, suivi dans la seconde d'une tentative de lob qui a fait frémir et à la fois se réjouir un public de connaisseurs. C'était gonflé, c'était déjà la marque d'un talent qui ne pourrait qu'éclore et éclabousser tout le monde. Il y avait chez toi comme une espèce de nonchalance, de décontraction dans le geste fluide et soyeux. Le ballon venait à toi et tu en faisais ce que tu en voulais. Mais que j'aurais souhaité posséder ce don, cette lumière qui toujours t'a guidé, toi qui, mieux que personne, savais anticiper pour mieux servir l'autre, le partenaire, l'équipe, le collectif !

Puisses-tu avoir la conscience tranquille !

Je t'ai vu ces dernières heures, engoncé dans ton costume beige, avec ta cravate mal...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant