Dominique Grégoire, la voix de Gerland

le
0
Dominique Grégoire, la voix de Gerland
Dominique Grégoire, la voix de Gerland

Il a été la voix de Gerland pendant plus de dix-sept ans. Il a tout connu des grandes heures de l'Olympique lyonnais. Mais le club du président Aulas a vraiment choisi de tout changer. Ciao, Dominique Grégoire.

Tout s'est arrêté un soir de semaine. Une rencontre quasi anonyme. Un jour de Coupe de la Ligue contre Tours. À peine 15 000 personnes dans le vieux Gerland qui rugit pour la dernière fois. L'Olympique lyonnais est grippé. Et ce n'est pas une victoire à l'arrachée (2-1) qui laissera comme ultime souvenir celui d'un match de légende. Pour ce dernier coup d'envoi dans le 7e arrondissement, Dominique Grégoire annonce la présence d'Henri Berchet-Moguet, supporter lyonnais présent dans les travées en 1950 pour le premier match de l'OL à Gerland. " C'était le 27 août, contre le CA Paris devant 3 000 personnes. Aujourd'hui, Henri a 78 ans et il continue de venir au stade ", précise le speaker. Au même moment, un autre hommage. Quelques larmes, parce qu'il le dit lui-même : " Je suis assez sensible. " Le maillot de l'OL remis par Bernard Lacombe, les Bad Gones au chant, l'histoire s'arrête là. Après dix-sept saisons et demie, Dominique Grégoire a raccroché. Et quand il tourne les pages d'un livre qui retrace les histoires de Gerland, il se surprend lui-même à commenter : " On en a vu des Ballons d'or, entre Zidane, Cristiano Ronaldo, Messi. Et puis les Brésiliens, quelle période quand même ! " Depuis, l'Olympique lyonnais est entré dans une nouvelle ère.

Un nouveau stade, une nouvelle voix

Dès avril 2015, il est convenu que la saison suivante sera scindée. Sans contrat à l'année, mais prestataire au match, le speaker historique de l'OL s'interroge sur son avenir. " On savait que l'année à venir allait être mouvementée en raison du déménagement dans le nouveau stade. Si on m'a confirmé que je serai bien là pour la reprise 2015/16 et le match amical contre le Milan AC, la suite demeurait sans garantie. " Arrivé en 1998, juste après la Coupe du monde, pour succéder à Marc Jean, qui était resté douze ans, cet ancien basketteur de l'AL Gerland mouche (N2) navigue alors à vue jusqu'en novembre. Pendant ce temps-là, les costumes de l'OL voyagent dans les stades européens, mais aussi aux États-Unis, pour côtoyer ce qu'il se fait de mieux. Avant un verdict, brutal. " Ils ont évoqué un changement d'identité, un nouveau stade une nouvelle voix. Je ne suis pas amer, je peux comprendre le désir de changement. Mais c'est vrai que j'aurais aimé animer…

Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant