Dominique de Villepin persiste et signe 

le
0
L'ancien premier ministre se flatte d'être le seul à dire «la vérité» au président de la République.

De Gaulle, mais loin de Colombey. C'est à Cergy-Pontoise, dans le Val-d'Oise, que Dominique de Villepin a décidé de poursuivre sa tournée de France mardi, jour anniversaire du décès du général de Gaulle. «Il y a tous les jours de l'année pour aller à Colombey, justifie Villepin. Son exemple s'impose à moi tous les jours.» Alors, quand un étudiant de l'Essec compare Villepin, l'homme qui veut refermer la parenthèse du sarkozysme, à de Gaulle, qui a «refermé celle de Vichy en 1945», il rosit de plaisir. Et quand on lui demande si Nicolas Sarkozy trahit l'héritage du premier président de la Ve République, il assène: «Nous en sommes tellement loin qu'il n'y a même pas de trahison, il n'est même pas dans le paysage.»

De l'Essec à la mairie de Saint-Prix, qui organise une exposition de Gaulle, l'ancien premier ministre persiste et signe, sans prendre ombrage des critiques qui se sont multipliées à l'UMP et chez ses anciens compagnons de route, Bruno Le Maire

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant