Dominic Adiyiah, en ce temps-là, j'avais 20 ans…

le
0
Dominic Adiyiah, en ce temps-là, j'avais 20 ans…
Dominic Adiyiah, en ce temps-là, j'avais 20 ans…

L'édition 2015 du Mondial U20 se termine aujourd'hui. Que ceux qui y ont brillé se méfient : ce n'est pas forcément un gage de réussite pour la suite. La preuve avec la jurisprudence Adiyiah, la grande star de la compétition il y a 6 ans et qui s'est complètement planté depuis, entre mauvais choix de carrière, malchance et suspicion sur son âge L'ancien Milanais évolue aujourd'hui en Thaïlande.

Il faut le reconnaître, succéder à Lionel Messi et Sergio Agüero, c'est la grande classe. Et la quasi-assurance de devenir une grosse star du ballon rond. En 2009, la Coupe du monde des moins de 20 ans s'achève sur le sacre surprise du Ghana, qui dispose du Brésil en finale (0-0, 4-3 tab). S'il ne marque pas dans le jeu lors de cet ultime match (il réussit sa tentative lors de la séance de tirs au but), Dominic Adiyiah termine néanmoins large meilleur scoreur de la compétition, avec huit buts marqués. Il reçoit aussi une honorifique distinction individuelle en étant logiquement désigné comme le meilleur joueur du tournoi, succédant donc aux deux Argentins Messi, élu en 2005, et Agüero, lauréat deux ans plus tard. Adiyiah n'a pas encore 20 ans et le monde est à ses pieds. Il évolue alors en club dans le championnat norvégien, sous les couleurs de Fredrikstad qui l'a récupéré dès 2008 en provenance de son pays natal. Dans la foulée de son Mondial, forcément, il est dragué par des formations plus huppées et c'est le Milan AC qui se montre le plus convaincant en l'accueillant au mercato d'hiver, en janvier 2010.

Trop tôt au Milan AC


Dans la foulée, la nouvelle pépite des Black Stars est sélectionnée avec la A pour participer à la Coupe d'Afrique des nations en Angola. Le Ghana termine finaliste (défaite face à l'Égypte), avec un Adiyiah remplaçant parvenant à gratter quelques bouts de match et un peu d'expérience. Mais le retour en Italie est difficile, avec un entraîneur, Leonardo, qui ne lui offre aucune minute de jeu. Un simple contretemps, croit-on alors. En fait, déjà le début du déclin pour un joueur qui va ensuite multiplier les prêts sans jamais réussir à s'imposer comme titulaire, partant chaque fois un peu plus loin de l'objectif de réussir dans un grand championnat : Reggina tout d'abord, puis le Partizan Belgrade, Karsiyaka en D2 turque et l'Arsenal Kiev, un club qui finit par l'acquérir définitivement en 2012. "Partir à Milan a été une grosse erreur, dit-il alors, mais quand on est jeune et qu'un aussi gros club vous demande, c'est impossible de dire non. "

En Ukraine, un président qui s'interroge


Mais même en Ukraine, à un niveau bien inférieur aux exigences du Calcio, l'ancien crack ghanéen peine à enchaîner les performances, avec de fréquents aller-retour à l'infirmerie qui interpellent et agacent, à tel…




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant