Domenech, la Bretagne, ça le gagne

le
0
Domenech, la Bretagne, ça le gagne
Domenech, la Bretagne, ça le gagne

Six ans après avoir mis un terme à sa carrière de sélectionneur de l'équipe de France, Raymond Domenech amorce son retour sur un banc de touche. Et c'est en tant que coach de la sélection non officielle de Bretagne que l'ex-patron des Bleus a choisi de faire son come-back. À l'approche de sa première conférence de presse, le moment est venu de chercher à comprendre le pourquoi du comment.

Il y avait bien longtemps qu'il avait été remisé au placard, bien longtemps aussi qu'il s'était fait une raison. Déposé dans la penderie un soir de juin 2010 comme on bazarde un ensemble passé de mode, le costume de sélectionneur de Raymond Domenech pensait avoir fait son temps. Mais la mode est cyclique et, dans quelques jours, le costard aura droit à une seconde jeunesse. En effet, comme annoncé officiellement il y a deux semaines, l'ex-sélectionneur de l'équipe de France va reprendre du service à la tête de la sélection de Bretagne.

Un retour sur le banc d'une sélection qui, si tout se passe comme prévu, devrait devenir effectif le 22 mai prochain, soit presque 6 ans jour pour jour après le fiasco de Knysna et une ultime défaite des Bleus au Mondial 2010 face à l'Afrique du Sud. Alors, certes, cette nomination à la tête de la sélection - non officielle - bretonne n'a rien de comparable avec le clinquant de son ancien job, il n'empêche, revoir Domenech sur un banc de touche relève tout de même du petit événement historique dans l'Hexagone.

À quoi ressemblera le Rennes de demain ?

C'est quoi les bayes Raymond ?


Ce retour par la petite porte aurait d'ailleurs pu se faire plus tôt. « Les premiers contacts avec Raymond Domenech remontent à 2014. »Fañch Gaume Il y a deux ans déjà, les dirigeants de cette sélection de Bretagne avaient évoqué l'idée avec l'ancien patron des Bleus. " Les premiers contacts avec Raymond Domenech remontent à 2014, confirme Fañch Gaume, l'actuel secrétaire général de la team BZH. À l'époque, on avait voulu organiser un match à visée humanitaire, à Vannes, contre la Centrafrique. Il nous avait donné son accord, mais la rencontre n'avait finalement pas eu lieu. " Ce ne fut que partie remise. Si ce come-back original en surprendra plus d'un, il n'est pas tout à fait dénué de sens. Déjà, cela devrait lui permettre de remettre le pied à l'étrier après bientôt six ans de sevrage. Mais en douceur, sans prendre le risque de s'exposer à la pression…





Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant