Doit-on s'inquiéter du survol de sites nucléaires par des drones ?

le
3
Vendredi soir, cinq nouvelles centrales ont été survolées par des drones selon un mode opératoire qui se répète depuis plusieurs jours.
Vendredi soir, cinq nouvelles centrales ont été survolées par des drones selon un mode opératoire qui se répète depuis plusieurs jours.

Depuis un mois, une "armée de drones" s'intéresse aux centrales nucléaires françaises. Treize d'entre elles ont ainsi été survolées. Les engins n'ont pas été identifiés et il est peu probable qu'ils le soient : un drone peut être mis en oeuvre depuis le coffre d'une voiture par un opérateur qui reste à couvert. Les pouvoirs publics sont désarmés, comme le montrent les déclarations de Ségolène Royal, ministre de l'Écologie, qui ne veut pas laisser "porter atteinte à la crédibilité et à la réputation de sûreté de nos centrales nucléaires".

Un drone contre une centrale, c'est un peu David contre Goliath. On peut légitimement penser que le secrétariat général de la défense et de la sécurité nationale, qui dépend du Premier ministre, en créant, au lendemain des attentats du 11 septembre 2001, une quarantaine de zones aériennes interdites autour des centrales nucléaires et d'établissements industriels comme des raffineries, a cherché à protéger ces installations de visées terroristes. Un rapport parlementaire de 1998 sur la sûreté des centrales nucléaires garantissait que celles-ci étaient conçues et bétonnées pour résister à l'impact involontaire (ou non) d'un avion d'affaires de taille moyenne, soit d'une dizaine de tonnes. Pourquoi alors interdire la circulation aérienne dans un rayon de 5 kilomètres aux avions de tourisme, hélicoptères, ULM et autres aéronefs qui volent à vue et ne pèsent pas lourd ? À moins que les...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • LeRaleur le lundi 3 nov 2014 à 16:17

    Tout drone ou autres survolant une centrale nuc. devrait être abattu. Idem pour ceux, non autorisés qui y entrent.

  • dotcom1 le lundi 3 nov 2014 à 15:58

    Ca fait combien de temps qu'il existe des engins volants télécommandés? 15, 20 ans? Et bizarrement, cela ne ferait qu'une semaine que de tels engins survoleraient les centrales? Arrêtez de nous prendre pour des abruttis...

  • M6437502 le lundi 3 nov 2014 à 15:53

    La passivité des responsables est lamentable.Il existe suffisamment d'armes pour détruire ces drones et récupérer en analysant les débris beaucoup de moyens d'identifier ces appareils.