Doit-on craindre une pénurie d'électricité en France cet hiver ?

le
16

À cause de l'arrêt de plusieurs réacteurs nucléaires, la sécurité électrique en France sera "plus délicate" à assurer cet hiver en cas de vague de froid importante, prévient le Réseau de transport d'électricité (RTE).

Près de vingt des 58 réacteurs nucléaires d'EDF sont actuellement à l'arrêt dont douze pour des contrôles de sûreté demandés par l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN). (ILLUSTRATION) ( AFP / SEBASTIEN BOZON )
Près de vingt des 58 réacteurs nucléaires d'EDF sont actuellement à l'arrêt dont douze pour des contrôles de sûreté demandés par l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN). (ILLUSTRATION) ( AFP / SEBASTIEN BOZON )

"Non, il n'y a pas de risque de pénurie" d'électricité cet hiver, a assuré vendredi dernier Ségolène Royal. Le Réseau de transport d'électricité (RTE) est en revanche beaucoup moins optimiste que la ministre de l'Environnement. Le gestionnaire du réseau de transport d'électricité s'inquiète de l'arrêt de près de 20 des 58 réacteurs nucléaires d'EDF, dont douze pour des contrôles de sûreté demandés par l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN). Il estime ce mardi 8 novembre que la sécurité électrique sera "plus délicate" à assurer cet hiver.

RTE indique qu'il pourrait notamment, le matin et le soir, interrompre l'approvisionnement de 21 sites très consommateurs de courant ou encore réduire la tension sur le réseau "sans interrompre l'alimentation des français". "En ultime solution", RTE envisage aussi des "délestages programmés, momentanés et tournants" qui permettraient "de maintenir l'électricité du plus grand nombre de clients possibles".

DES MESURES EXCEPTIONNELLES

Hors vagues de froid importantes et durables, RTE assure toutefois que "le développement des énergies renouvelables, des capacités d'importation, de l'effacement et des économies d'énergie, va toutefois permettre de compenser en partie la baisse globale de production de sites nucléaires". Mais "avec l'équivalent de 9 réacteurs nucléaires indisponibles en moyenne sur l'hiver, c'est le niveau de disponibilité le plus faible depuis 10 ans", explique RTE. En cas d'hiver particulièrement froid, RTE entend donc mettre en place des mesures pour "préserver l'alimentation électrique des Français" le matin, entre 8 heures et 13 heures, et le soir entre 18 heures et 20 heures les jours ouvrés. Les mesures exceptionnelles prévues seraient alors "graduellement" mises en place.

Dans un premier temps, le gestionnaire du réseau de transport prévoit un "dispositif d'interruptibilité, interrompant la consommation de 21 sites électro-intensifs volontaires". Cela permettrait de réduire "ponctuellement" les besoins de 1.500 MW. Si nécessaire, RTE pourrait ensuite abaisser la tension de 5% sur le réseau, ce qui réduirait la consommation de l'Hexagone de l'équivalent du Grand Paris, avant d'envisager des délestages, "en cas de déséquilibres extrêmes entre la consommation et la production".

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • 445566ZM il y a 4 semaines

    Et la cgt, est-elle d'accord ? En mai cette organisation essayait de mettre à sec notre réseau d'électricité. Vous souvenez-vous, les cegetistes en grève, donc hors de contrôle, manipulaient les réacteurs nucléaires. Qui a dit "dangereux" ?

  • hlh78 il y a 4 semaines

    Voilà le résultat de la politique d'EDF bashing du gouvernent Socialiste/EELV !

  • cg46 il y a 4 semaines

    Merci le tout libéral et l' Europe avec la libéralisation de l' énergie. Edf a préféré se lancer dans des programmes d'acquisition douteux à l'étranger ou construire des EPR fiascos économiques. On va payer l’addition maintenant ! Vie le Frexit !

  • pascalcs il y a 4 semaines

    Délestages envisagés "au cas ou"... Ça me rappelle l’Afrique.

  • mim69005 il y a 4 semaines

    Une fois de plus, Ségo a dit n'importe quoi pour faire parler d'elle et se dédouaner de ses propos prétendument écolos... Une incompétente notoire et fière d'elle, parmi d'autres dans ce gouvernement de fin de vie.

  • mim69005 il y a 4 semaines

    Tout à fait d'accord avec M5285637 ! L'Allemagne ayant fait le choix du charbon et de l'eolien, n'a qu'à se débrouillé sans notre électricité nucléaire ! A moins que nous ne soyons déjà contraint de lui acheter de l'électricité houillère à certaines périodes de l'année ???

  • quoa il y a 4 semaines

    tout cela cache une augmentation de taxe

  • pallach il y a 4 semaines

    Au moins, la fermeture de Fessenheim n'est plus d'actualité !

  • dan197 il y a 4 semaines

    Le problème c'est qu'elle a parlé du charbon, alors vis à vis de la Cop22 ça va pas en tant que Présidente !!

  • tomclair il y a 4 semaines

    Il est temps de relancer un programme important de fabrication de réacteurs nucléaires.