DOCUMENT. Les inégalités de revenus se creusent en France

le
2
DOCUMENT. Les inégalités de revenus se creusent en France
DOCUMENT. Les inégalités de revenus se creusent en France

Des riches toujours plus riches, et des pauvres toujours aussi pauvres : les inégalités de revenus se sont creusées en France entre 2007 et 2011, selon une étude de l'Insee publiée jeudi.

L'augmentation du coefficient de Gini, qui mesure le degré d'inégalité dans la distribution des revenus, est plus forte dans l'Hexagone que dans le reste de l'Union européenne (+0,7% contre - 0,3%). Au final, la France se situe dans la moyenne de l'UE : moins égalitaire que la Suède ou la République tchèque, mais davantage que la Roumanie, la Grèce ou le Portugal.

En revanche, la France s'en sort mieux que ses voisins en terme de pauvreté et d'exclusion sociale, qui touchaient un Français sur cinq en 2012. C'est beaucoup, mais moins que la moyenne européenne. Le risque de pauvreté et d'exclusion a aussi augmenté (+0,6%), mais moins que la moyenne européenne (+1%), et beaucoup moins que l'Irlande (+5,7%) ou l'Italie (+4,6%).

Pauvreté et exclusion freinées par les transferts sociaux

«Cette position tient au fait que notre pays fait partie des plus avancés en termes de niveau de développement économique; elle est aussi due à l'importance relative de transferts sociaux», qui ont joué un rôle de stabilisateur pendant la crise, écrivent les auteurs dans l'ouvrage «La France dans l'Union européenne».

 

Les allocations familiales, logement ou minima sociaux ont ainsi permis de réduire le taux de pauvreté de 41% en 2011, contre une moyenne européenne de 35%. Mais l'impact des transferts sociaux s'est réduit en 2010 et 2011, à cause d'une «augmentation des durées de chômage conjuguée à un légère hausse du nombre de chômeurs ne percevant plus d'indemnisation», selon l'Insee.

Plus largement, la France figure parmi les pays aux plus hauts revenus de l'UE, avec l'Allemagne, le Royaume-Uni, l'Italie et la Suède. Son niveau de vie médian en 2011, en tenant compte des différences de prix d'un pays à l'autre, est quatre fois ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M940878 le jeudi 24 avr 2014 à 11:19

    il faut incorporer les allocs et autres aides dans les revenus et appliquer l'impôt sur la totalité

  • M4199327 le jeudi 24 avr 2014 à 08:18

    AVANT ou APRES impôts ?AVANT je pense....