DOCUMENT. La lettre aux Français de Benoît Hamon

le
0
DOCUMENT. La lettre aux Français de Benoît Hamon
DOCUMENT. La lettre aux Français de Benoît Hamon

Sitôt sa candidature déclarée, le 16 août dernier, Benoît Hamon a pris la plume. Pour écrire le discours qu'il prononcera dimanche, lors d'un meeting à Saint-Denis (Seine-Saint-Denis). Mais pas que. Le candidat à la primaire PS avait un autre texte sur le métier. Une «lettre aux Français» (voir document ci-dessous), que nous dévoilons et qui sera éditée à plus de 300 000 exemplaires et distribuée à partir de lundi.

 

Une missive, dans laquelle l'ancien ministre de l'Education nationale endosse le costume de défenseur des «invisibles». «Ce sont des gens qui ont perdu leur emploi, des personnes pour qui le travail n'est pas une source de satisfaction, qui ont l'impression que l'école réserve toujours la réussite aux mêmes. Ce sont les dindons de toutes les élections, car sans eux, il n'y a pas de victoire», nous explique le candidat.

 

Dans son texte, Benoît Hamon, qui s'est vivement opposé à Manuel Valls et François Hollande ces derniers jours sur la question du burkini, remet la question économique et sociale au centre du jeu. Le député PS des Yvelines, qui dénonce «une glissade» de la gauche sur les questions identitaires, n'admet pas que «soudainement les questions sociales se soient évanouies». Il poursuit : «A partir du moment où l'on a renoncé à combattre les inégalités, le discours que l'on tient en direction des classes populaires, c'est un discours sur la sécurité.»

Partisan d'une VIe République

Lui, se veut «le candidat de la République métissée», se pose en promoteur d'une «économie altruiste», d'un «modèle de développement sobre» et -comme son principal rival, Arnaud Montebourg- de la VIe République. Autant de thèmes qu'il développera demain, dans le discours qu'il doit prononcer à Saint-Denis devant un millier de partisans, selon son entourage.

 

Un lancement de campagne en bonne et due forme, dix jours après avoir déclaré sa candidature dans la torpeur ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant