DOCUMENT. Hausse des péages : si, l'Etat savait

le , mis à jour à 12:07
12
DOCUMENT. Hausse des péages : si, l'Etat savait
DOCUMENT. Hausse des péages : si, l'Etat savait

C'était écrit. Interrogée mardi matin par RTL sur la hausse de 1,13 %, au 1er février, du tarif des péages autoroutiers, Ségolène Royal avait déclaré ne pas être au courant. La ministre du Développement durable, qui chapeaute le secrétariat d'Etat aux Transports, se disait même surprise de l'ampleur de la hausse : « C'est exclu, a-t-elle réagi, puisque nous avons pris l'engagement de limiter la hausse des péages à 70 % de l'inflation. » Un mensonge, ou tout du moins un trou de mémoire. Car, en réalité, depuis le mois d'avril, la ministre sait que cette hausse sera supérieure à 70 % de l'inflation et qu'elle durera au moins jusqu'en... 2023.

En effet, dans un document que nous avons pu consulter (lire ci-dessous), le gouvernement et les sociétés concessionnaires d'autoroutes (SCA), alors en bisbille depuis quatre mois sur les contrats de concessions qui les lient, se sont discrètement entendus par écrit dès le mois d'avril dernier pour se mettre d'accord sur l'évolution des tarifs, par société et année par année. Sollicité à ce sujet par notre journal, l'entourage de la ministre n'a pas donné suite, mercredi.

«L'Etat ne peut pas faire n'importe quoi. Croire le contraire est naïf»

Si les tarifs vont augmenter plus que les 70 % de l'inflation prévus, c'est parce que le gouvernement a dû réparer deux décisions politiques. La première, en 2012, a été d'augmenter de 50 % la redevance domaniale (loyer dû par les sociétés d'autoroutes pour occuper le domaine public). A l'époque, expliquait-on au ministère des Transports, il s'agissait de faire en sorte que « les sociétés d'autoroutes participent à l'effort de l'Etat ». Mais ces sociétés ont menacé d'engager des recours au motif que c'était contraire aux contrats de privatisation de 2006. Le gouvernement obtempère et accorde aux autoroutiers le droit de répercuter ce prélèvement dans le prix des péages : + 1,72 % sur trois ans, de 2016 à ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • lolin il y a 12 mois

    faut déjà s'en prendre à DE VILLEPIN qui a bradé les autoroutes.à ses amis

  • M4098497 il y a 12 mois

    Ayrault avait dit Pas d'augmentation du gaz. Résultat. Le conseil d'état en a décidé autrement. Royal a dit pas d'augmentation des péages. Résultat Elle signe l'augmentation avant de partir en vacances et dit après qu'elle a oublié. Comment voulez vous que la confiance revienne ?

  • milano12 il y a 12 mois

    même pas au courant du dossier alors quelle a signée pitoyable

  • M2286010 il y a 12 mois

    Il faut appeler un chat un chat, le gouvernement n'est pas schizophrène. Il est composé de ministres et d'un président qui sont de fieffés menteurs, sans vergogne.

  • sidelcr il y a 12 mois

    A qui on dit merci ? aux bonnets rouges !

  • aerosp il y a 12 mois

    Rousset (PS) a privatiser la nationale 10 devenue autoroute Bordeaux-Bayonne que l'on est obligé de prendre car il n'y a pas d'autre route. C'est, je pense, unique en France. L R P S même combat !!!

  • mperonne il y a 12 mois

    Bonne a rien et en plus coléreuse !!!!!!!

  • heimdal il y a 12 mois

    Très peu de gens sont obligés de prendre l'autoroute .Il suffit de ne plus y aller

  • janaliz il y a 12 mois

    royal est nulle ! On le sait depuis longtemps. Mais menteuse aussi ! Certains en doutaient ! Et fourbe aussi ! rabibochée avec son pitre uniquement par intérêt... économique.

  • M2043969 il y a 12 mois

    vendre les autoroutes est une des pires anneries qui a été faite par nos gouvernants,pour faire plaisir à nos amis,royal ne sert à rien, depuis des années qu'elle occupe le devant de la scene dans différents postes, son incompetence n'est plus à demontrer, que retiendrons nous d'elle ? que c'est l'ex du president !