Do it yourself : comment les marques font de leurs clients des ambassadeurs

le
0
Photo d'illustration.
Photo d'illustration.

Il y a quelques années déjà, Coluche nous assénait son célèbre "Il est bien, le nouvel Omo ! C'est celui qui lave encore plus blanc que blanc ! (...) Moi, j'ose plus changer de lessive, j'ai peur que ça devienne transparent après !" Aujourd'hui, Omo revient avec Bubble Man, sa nouvelle égérie, qui propose de créer et de personnaliser sa lessive aux huiles essentielles. Il offre la possibilité de choisir sa couleur, son odeur, son bouchon, et d'inscrire son prénom sur le flacon ! Une expérience amusante, olfactive et colorée, donc. On surfe ici entre deux tendances marketing : celle de la personnalisation du produit (comme Coca-Cola qui permet de choisir un prénom à apposer sur sa canette) et celle dénommée DIY (Do it yourself ou "fais-le toi-même"). Le mouvement DIY est né avec le courant punk des années 1970. Anti-consumériste et hédoniste, cette mouvance prônait le rejet de la nécessité d'acheter des objets en les remplaçant par des produits créés soi-même, afin de résister aux diktats de la société de consommation. Aujourd'hui de retour, en période de crise notamment, le DIY est une attitude, une manière de s'affirmer. Indépendance et estime de soi

Ainsi, en rupture avec les marques, les Français trouvent-ils dans le DIY un refuge salutaire pour montrer leur indépendance. Leur attente vis-à-vis des marques s'est focalisée sur l'action et non plus sur le discours publicitaire. Encourager les consommateurs à réaliser...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant