DNCA anticipe un retournement de tendance prochain sur le marché obligataire

le
0

(AOF) - "Il est encore tôt pour affoler les épargnants mais le paradis obligataire pourrait laisser sa place à l’enfer." Après des mois d'arbitrage favorable aux obligations pour se protéger du risque dans un environnement de taux bas, Igor de Maack, gérant et porte-parole de la gestion chez DNCA Finance, voit se dessiner un scénario inverse. Il pourrait être déclenché par la hausse des taux de la Fed attendue aux Etats-Unis en décembre tandis que les autres banques centrales (BoJ et BCE notamment) commencent à s'interroger sur l'utilité de la poursuite de leurs programmes de rachat d'actifs.

"Certes, il n'est pas encore dit qu'en augmentant les taux courts, les taux longs augmenteront aussi. Mais les investisseurs pourraient être tentés de redonner un prix véritable à ces instruments financiers à taux réel négatif. Dans ce cadre, les obligations longues seront à proscrire dans les portefeuilles", décrypte Igor de Maack, chez DNCA Finance.

L'autre motif d'attention pour la classe obligataire est le retour de signes annonçant un regain d'inflation. "Les matières premières sont en train de sortir de leur purgatoire et la remontée des prix pourraient contribuer à alimenter les tensions inflationnistes", notamment lorsque l'accord d'Alger sera entré en vigueur sur le marché pétrolier, prévient gérant et porte-parole de la gestion de DNCA Finance.

Dans ce contexte, les actions pourraient bénéficier de nouveaux flux entrants. Signe que le retournement de tendance n'est pas encore totalement intégré, les actions européennes ont connu leur 34ème semaine de flux sortants.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant