Dmitri Medvedev fait la chasse aux Tadjiks

le
0
Le président russe est accusé de jouer la carte de la xénophobie pour contrer les ultra-nationalistes.

Depuis deux semaines, Mavzouna se terre. Femme de ménage dans un centre commercial de la périphérie de Moscou, cette immigrée tadjike de 29 ans ne prend plus le métro pour se rendre au centre-ville. «Je vis dans la peur d'une arrestation. J'ai mon permis de travail mais pas de domiciliation officielle à Moscou. Tout peut arriver», explique-t-elle. Dans la cantine de son foyer de travailleurs, un préfabriqué posé au bout d'un terrain vague, tous suivent avec attention le procès en appel de Vladimir Sadovnitchi, un pilote russe condamné le 8 novembre par un tribunal tadjik à huit ans et demi de prison pour contrebande et violation de l'espace aérien. Furieux, Dmitri Medvedev a récemment menacé le Tadjikistan d'une «réaction asymétrique».

Depuis, selon la Fédération des migrants de Russie, 1500 Tadjiks ont été arrêtés par la police et placés en centre de détention provisoire en attendant leur expulsion. Le Service fédéral des migrations, lui, nie toute pol

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant