Djakarta veut durcir à son tour la lutte anti-drogue

le
0
    DJAKARTA, 7 septembre (Reuters) - Après Manille, Djakarta 
entend durcir à son tour la lutte contre la drogue, a déclaré 
mardi Budi Waseso, le chef du BNN, l'agence indonésienne chargée 
de réprimer les trafiquants de stupéfiants. 
    Depuis l'élection du président Rodrigo Duterte, les 
Philippines ont intensifié leurs opérations contre les 
trafiquants de drogue, causant la mort d'environ 2.400 
personnes. 
    En Indonésie, où la justice multiplie les condamnations à 
mort dans les dossiers liés aux narcotiques, les autorités 
entendent renforcer la lutte anti-drogue, en renforçant les 
effectifs de la police, en améliorant son armement et les moyens 
technologiques à sa disposition, a dit Budi Waseso 
    Prié de dire si l'Indonésie pourrait être aussi agressive 
que le sont les Philippines, il a répondu : "Oui, je le pense. 
C'est possible parce que (le problème de la drogue) en Indonésie 
est aussi préoccupant qu'aux Philippines". 
    "La vie d'un trafiquant est insignifiante parce qu'il commet 
un meurtre de masse. Comment pouvons nous l'admettre", a-t-il 
ajouté. 
    Un porte-parole du BNN a toutefois tempéré ces propos, 
expliquant que la répression "devait s'inscrire dans le cadre 
des lois et des normes nationales et internationales". 
    Depuis la prestation de serment de Rodrigo Duterte en juin, 
2.400 personnes ont été tuées dans le cadre de sa guerre contre 
la drogue. Environ 900 d'entre elles ont été tuées dans des 
opérations de police, les autres décès sont eux "visés par des 
enquêtes", une expression qui recouvre selon les organisations 
de défense des droits de l'homme les exécutions 
extrajudiciaires. 
 
 (Kanupriya Kapoor,; Nicolas Delame pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant