Dix trafiquants de faux passeport arrêtés en Grèce

le
1

ATHENES, 19 novembre (Reuters) - La police grecque a annoncé jeudi l'arrestation de dix ressortissants étrangers impliqués dans des trafics de faux passeports vendus à des migrants à leur arrivée sur le territoire grec. La police précise qu'une opération est en cours sur l'île de Lesbos, en mer Egée, et dans l'Attique, la région autour d'Athènes, pour tenter de démanteler le reste du réseau. "Cette organisation criminelle a fourni jusqu'à présent plus de 100 passeports et cartes d'identité grecs, vendus entre 300 et 700 euros pièce selon le document", a précisé à Reuters un responsable de la police, s'exprimant sous couvert d'anonymat. L'enquête sur les attentats commis vendredi soir à Paris et Saint-Denis, dont le commanditaire et au moins deux des auteurs présumés ont pu rentrer en Europe alors qu'ils étaient recherchés, a lancé un intense débat sur la qualité de la sécurité en Europe et notamment attiré l'attention sur les réseaux criminels qui vendent des faux passeports pour entrer sur le territoire européen. Les ministres de l'Intérieur de l'Union européenne, qui se réunissent ce vendredi, vont s'entendre sur la mise en oeuvre de "contrôles systématiques et coordonnés aux frontières extérieures, y compris pour les individus bénéficiant du droit à la libre circulation" aux frontières extérieures de l'espace Schengen, selon un projet de conclusions dont Reuters a pris connaissance. (voir ID:nL8N13E372 ) Selon ce responsable de la police grecque, les empreintes digitales des dix étrangers arrêtés dans le cadre de cette opération, parmi lesquels des Afghans et des Pakistanais, seront transmises à Interpol, l'organisation internationale de police, pour vérifications. La Grèce, membre de l'espace Schengen, est l'une des principales portes d'entrée sur le territoire européen pour les réfugiés et migrants. Depuis le début de l'année, quelque 600.000 personnes sont arrivées sur son territoire, via la Turquie, et ont pour la plupart poursuivi leur périple vers l'Europe de l'Ouest, à commencer par l'Allemagne. (Lefteris Karagiannopoulos et Renee Maltezou; Henri-Pierre André pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • a.gim le jeudi 19 nov 2015 à 22:30

    marine avait et a toujours raison