Dix pays européens vont coopérer sur les avions-ravitailleurs

le
0
DIX PAYS EUROPÉENS VONT COOPÉRER SUR LES AVIONS-RAVITAILLEURS
DIX PAYS EUROPÉENS VONT COOPÉRER SUR LES AVIONS-RAVITAILLEURS

BRUXELLES (Reuters) - Dix pays européens ont signé lundi un accord de coopération visant à augmenter leurs capacités en matière d'avions-ravitailleurs, afin de combler des insuffisances exposées l'an dernier par les opérations militaires en Libye.

Les forces aériennes européennes n'avaient pas eu d'autre choix que de se tourner vers les Etats-Unis pour un soutien en l'air lors de leur intervention en Libye.

Selon le texte d'une "lettre d'intention" signée lors d'une réunion des ministres de la Défense organisée à Bruxelles, 10 Etats européens proposent de régler le problème soit par l'achat de nouveaux appareils soit par une location ou un prêt d'avions.

L'objectif est d'augmenter les capacités stratégiques de l'Europe en avions-ravitailleurs d'ici 2020. Les Etats signataires du texte n'ont pas sélectionné d'appareil particulier qu'ils veulent acheter.

La lettre d'intention a été signée par la Belgique, l'Espagne, la France, la Grèce, la Hongrie, le Luxembourg, la Norvège - qui ne fait pas partie de l'Union européenne mais qui coopère avec l'Agence européenne de défense (AED) - les Pays-Bas, la Pologne et le Portugal.

Le projet de coopération dans les avions-ravitailleurs illustre la nécessité de travailler ensemble par des Etats européens fragilisés par la crise de la dette, qui s'est notamment traduit par une chute des dépenses militaires.

La semaine dernière, les ministres des Affaires étrangères et de la Défense de l'Allemagne, l'Espagne, la France, l'Italie et la Pologne se sont réunis la semaine dernière pour tenter de relancer l'Europe de la défense.

Un Conseil européen doit examiner ce dossier en 2013 et définir les priorités stratégiques, notamment pour renforcer la compétitivité de l'industrie de défense européenne.

Un responsable a par ailleurs déclaré la semaine dernière que les pays d'Europe de l'Ouest seraient bientôt en mesure de vendre ou échanger leurs surplus militaires sur internet via une plateforme qui pourrait s'approcher de celle d'eBay.

S'agissant des avions-ravitailleurs, les ministres de la Défense avaient déjà convenu en mars d'accélérer le développement conjoint de technologies en la matière.

Adrian Croft, Benoit Van Overstraeten pour le service français

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant