Dix militants de Greenpeace placés en détention en Russie

le
0
Dix militants de Greenpeace placés en détention en Russie
Dix militants de Greenpeace placés en détention en Russie

Dix militants de Greenpeace, dont des étrangers, ainsi qu'un photographe russe, ont été placés en détention pour deux mois en Russie pour «piraterie». Si ce crime est passible de 15 ans de prison, il est rare que des étrangers soient placés en détention préventive en Russie. Ils ont été emprisonnés après une opération contre une plateforme de Gazprom en Arctique.

Un tribunal de Mourmansk, dans le nord-ouest de la Russie, a ordonné la mise en détention préventive pour deux mois du capitaine du navire de Greenpeace, l'Américain Peter Willcox, qui avait été le capitaine du Rainbow Warrior, le bateau de l'ONG écologiste coulé en 1985 par les services secrets français. Une décision similaire a été prise à l'encontre du Suisse Marco Weber, qui avait escaladé le 18 septembre la plateforme pétrolière Prirazlomnaïa du géant russe Gazprom pour protester contre les projets d'exploitation pétrolière dans cette zone. La même mesure a été appliquée au Polonais Tomasz Dziemianczuk, aux Néo-zélandais David John Haussmann et Jon Beauchamp, au Canadien Paul Douglas Ruzycki, au Français Francesco Pisanu, et au Turc Gizhem Akhan, second de cuisine à bord du navire Arctic Sunrise. Le photographe freelance russe Denis Siniakov et deux autres ressortissants russes ont été eux aussi condamnés à deux mois de détention.

Accusations de «piraterie»

Les membres de l'équipage de l'Arctic Sunrise avaient été placés mercredi dans des centres de détention provisoire de Mourmansk et de la région. Le navire de Greenpeace avait été pris d'assaut manu militari la semaine dernière par un commando héliporté des garde-frontières russes, puis remorqué jusqu'à la rade de Mourmansk et mis au mouillage. Les militants ont réfuté les accusations de «piraterie», insistant sur le fait que leur action de protestation contre la plateforme de Gazprom en Arctique était pacifique. Jeudi matin, le Comité d'enquête russe avait prévenu ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant