Dix matchs qui ont marqué le Parc Lescure

le
0
Dix matchs qui ont marqué le Parc Lescure
Dix matchs qui ont marqué le Parc Lescure

Ce samedi, aux alentours de 21h45, cela en sera fini du football de haut niveau au stade Chaban-Delmas, ex-Parc Lescure. Le moment de rappeler qu'il s'en est passé, des choses, dans cette enceinte mythique. Retour sur dix dates, par ordre chronologique.

  • Bordeaux-Hajduk Split, 4-0, 3 novembre 1982 La première campagne européenne de l'ère Bez est aussi celle du premier exploit, pour les Girondins. Laminés 4-1 à l'aller en Yougoslavie, les hommes d'Aimé Jacquet s'en remettent au génie d'Alain Giresse. Bonne idée. Ce soir-là, le meneur bordelais déroule un véritable récital. Sous la pluie, "Gigi" marche sur l'eau et offre une prestation hors du commun au public de Lescure. Les spectateurs chavirent définitivement lorsque leur capitaine chipe un ballon au milieu de terrain, humilie un défenseur et s'en va lober le pauvre Zoran Simović.


  • Bordeaux-Juventus, 2-0, 24 avril 1985 En 1985, le Bordeaux de Claude Bez est à son apogée. Le premier titre de champion de France de l'ère du président bègue calé dans la vitrine, les Girondins se paient Fernando Chalana pour conquérir l'Europe. L'ailier moustachu, qui vient d'éblouir la planète en emmenant le Portugal en demi-finale de l'Euro 84, finissant meilleur passeur à égalité avec Tigana, son nouveau coéquipier, est recruté au Benfica pour 18 millions de francs. Cette année-là, seul Naples dépense plus en faisant venir Diego Maradona. Si le passage en France du gaucher est un fiasco, le joueur étant constamment blessé, son transfert réalisé au nez et à la barbe du Barça et de la Roma place malgré tous les Girondins sur la carte du football européen. France Football s'enflamme même en écrivant qu'avec Tigana, Girard, Giresse et Chalana, les Girondins possèdent "le meilleur milieu de terrain au monde". S'ensuit une folle campagne européenne. Après avoir battu l'Athletic Bilbao, le Dinamo Bucarest et Dniepropetrovsk, c'est la Juve de Platini qui s'avance en demi-finale. Et permet à Claude Bez de découvrir tout ce qui le sépare du vrai pouvoir européen. Au terme du double défi, c'est le club de la famille Agnelli qui se qualifie (3-0, 0-2) pour une finale de triste mémoire au Heysel. Après un match aller au Stadio Comunale lourd d'enseignements - "On s'est fait voler, c'est une honte", déclare encore aujourd'hui Jean Tigana…




  • Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

    Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
    Devenez membre, ou connectez-vous.
    Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant