Dix centres commerciaux à vendre plus d'1 milliard d'euros

le
0

INFO LE FIGARO - CBRE Investors veut se séparer de dix «malls», dont La Vache noire à Arcueil et le Marques Avenue de Troyes.

Nom de code: projet Celsius. Objectif: céder dix centres commerciaux. Prix attendu: 1,2 milliard d'euros. Selon nos informations, CBRE Investors, qui gère ces «malls» pour le compte d'un fonds, vient de mettre en vente ce portefeuille de dix actifs. Parmi eux, La Vache noire (plus de 80 boutiques) à Arcueil en banlieue parisienne, Mayol (plus de 90 magasins) à Toulon, le Marques Avenue de Troyes, mais aussi deux pépites situées en Belgique (Wijnegem et Waasland) qui marchent très bien. C'est la banque d'affaires Morgan Stanley qui a le mandat de vente.

Si CBRE Investors veut se séparer de ces centres commerciaux, c'est que le fonds pour lequel il les exploite arrive à échéance fin 2015. À ce moment-là, les investisseurs devront récupérer au moins leur mise de départ. Dans cette vente, les premières offres indicatives sont attendues à la fin du mois. Et les acquéreurs potentiels ne devraient pas manquer.

Selon nos informations, les plus importantes sociétés foncières françaises qui exploitent des centres commerciaux sont sur les rangs (Unibail, Klépierre, Altarea-Cogedim...). Elles s'intéressent surtout aux deux centres belges, qui leur permettraient de mettre un pied outre-Quiévrain, un pays où elles ne sont pas du tout (Altarea) ou très peu (Unibail et Klépierre) présentes. L'assureur Allianz, associé à la foncière Hammerson, regarde aussi le dossier. Et il ne serait pas surprenant que d'autres opérateurs de centres commerciaux, comme l'australien Westfield, des gestionnaires d'actifs, comme BlackRock, ou des assureurs, comme Axa, se positionnent également.

Des cessions à prévoir

«Malgré le développement de l'e-commerce, les centres commerciaux restent une bonne affaire et sont très recherchés, car ils assurent un rendement sécurisé aux alentours de 5%», explique Caroline Dheilly, directeur immobilier de banque Degroof. De fait, les centres commerciaux trouvent toujours preneur à des prix très élevés. Ainsi, l'année dernière, le centre commercial Beaugrenelle dans le XVe arrondissement de Paris a été vendu 700 millions d'euros par Gecina à un trio d'investisseurs français.

De son côté, en 2014, la foncière néerlandaise Wereldhave a déboursé 850 millions pour acquérir auprès d'Unibail six centres en France, dont Docks Vauban au Havre et Rivétoiles à Strasbourg. La cession lancée par CBRE risque, elle, de durer encore quelques mois. Car après le temps des offres non engageantes, viendra celui des «data rooms» où les repreneurs les plus sérieux aux yeux du vendeur auront droit d'ausculter les comptes des centres. Avant de faire une offre engageante.

Quel que soit celui qui mettra la main sur le portefeuille de CBRE, il y a fort à parier qu'il continue la partie de Monopoly et remette sur le marché quelques actifs parmi les dix acquis. En effet, tous n'ont pas la même valeur. L'acquéreur aura tout intérêt à conserver les deux centres belges qui tournent comme des horloges. En revanche, il n'est pas pas sûr qu'il ait envie de s'embarrasser du centre Bosquet à Pau où du Marques Avenue à Troyes dont les performances laissent à désirer.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant