Dix ans de pouvoir pour Raul Castro à Cuba

le
1
Raul Castro le 15 septembre 2016 à La Havane ( AFP / LUIS ACOSTA )
Raul Castro le 15 septembre 2016 à La Havane ( AFP / LUIS ACOSTA )

Après un demi-siècle de pouvoir absolu de Fidel Castro, son frère Raul, qui l'a remplacé en 2006, s'est efforcé depuis dix ans de réformer graduellement le modèle économique cubain en préservant "les acquis du socialisme".

- Fidel Castro s'efface -

- Juillet 2006: Fidel Castro délègue le pouvoir, pour raisons de santé, à son frère cadet Raul, ancien numéro 2 du régime et ministre de la Défense depuis 1959.

- Août 2006: Raul Castro offre de normaliser les relations avec Washington "sur un pied d'égalité". Cuba et les États-Unis n'ont plus de relations diplomatiques depuis 1961 et l'embargo économique, depuis 1962, est toujours en vigueur.

- Février 2008: Raul Castro devient officiellement président de Cuba.

- Premières réformes -

- Juillet 2008: Un décret autorise les agriculteurs privés à recevoir en usufruit des terres en friche. Le secteur agricole est déclaré "stratégique", l'objectif étant de réduire les importations.

- Mai 2009: La Havane accepte de rouvrir les pourparlers avec Washington sur l'immigration et l'envoi direct de courrier après la levée par Barack Obama des restrictions sur les voyages et l'envoi d'argent des Cubano-Américains à Cuba.

- Juillet 2010: Le gouvernement donne son feu vert à la libération de prisonniers politiques, à la suite d'une médiation de l’Église catholique. Quelque 130 prisonniers seront libérés, pour la plupart partis en exil en Espagne.

- Octobre 2010: Les Cubains peuvent s'enregistrer comme travailleurs indépendants dans 181 petits métiers.

- Ouvertures économique et politique -

- Avril 2011: Raul Castro assume tout le pouvoir en succédant au "Lider Maximo" qui renonce à la direction du Parti communiste.

Le 6e congrès du PCC approuve quelque 300 mesures touchant à l'ouverture au secteur privé, aux réductions d'emplois dans le secteur public, à des formes d'autogestion dans les entreprises publiques et à la décentralisation de l'appareil d’Etat. A l'automne, l'achat et la vente de logements et d'automobiles est autorisée.

- Janvier 2013: Les Cubains n'ont plus besoin d'"autorisation de sortie" pour voyager à l'étranger.

- Février 2013: Raul Castro est réélu pour un "dernier" mandat présidentiel de cinq ans. Le poste de numéro deux est attribué pour la première fois à une personnalité qui n'est pas issue de la Révolution de 1959: Miguel Diaz-Canel, né en 1960, appelé à succéder aux Castro.

- Mars 2014: Cuba accepte une proposition de dialogue de l'UE, ouvrant la voie à une normalisation des relations officiellement suspendues en 2003 après une vague de répression contre la dissidence.

- Juillet 2014: Vladimir Poutine annule 90% de la gigantesque dette de 31 milliards de dollars contractée par La Havane auprès de l'ex-URSS.

- Dégel historique -

- 17 décembre 2014: Annonce historique du rapprochement avec les États-Unis.

- 15 janvier 2015: Les Etats-Unis décident de faciliter les voyages et le commerce avec Cuba, dans les limites des prérogatives de Barack Obama, pour atténuer l'effet de l'embargo.

- 29 mai 2015: Washington retire La Havane de la liste noire des Etats "soutenant le terrorisme".

- 20 juillet 2015: Cuba et les Etats-Unis rétablissent leurs relations diplomatiques puis rouvrent leurs ambassades.

- 26 septembre 2015: Raul Castro exige la levée de l'embargo américain, à l'occasion de son premier discours à l'ONU.

- 1er février 2016: Il est accueilli en France pour une visite d'Etat --la première d'un dirigeant cubain depuis 21 ans-- qui consacre une normalisation des relations avec l'Europe.

- 20 mars 2016: Visite historique à La Havane de Barack Obama, premier président américain en exercice à se rendre à Cuba depuis la révolution castriste de 1959.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M8252219 il y a 6 jours

    "Un vrai démocrate , pourquoi pas un humaniste !!!" Fidel Castro disait de l'homme : Ce n'est pas son innocence qui compte, mais le résultat politique de son exécution , c'est pour le bien de l’état . Le dictateur sanguinaire honoré par les socialistes .