Dix ans de mutations pour l'armée américaine

le
0
11 SEPTEMBRE, 10 ANS APRÈS - Elle a été obligée à réapprendre la guerre du désert et la guérilla urbaine, oubliées à l'heure du tout-technologique et de l'option «zéro mort» des années 1990.

Chasse aux combattants extrémistes, invasion de l'Irak, lutte contre les insurrections irakienne et talibane : l'armée américaine est entrée dans une nouvelle ère après l'effondrement des tours jumelles de New York. Alors qu'elle pensait pouvoir reproduire les succès de l'opération «Tempête du désert» de 1990-1991 en s'en tenant à des attaques aériennes et une campagne éclair au sol pour défaire le régime de Saddam Hussein, elle s'est retrouvée confrontée à une insurrection d'envergure qu'elle n'avait pas prévue et a dû changer radicalement ses positions au fur et à mesure de ses déboires militaires.

Elle a ainsi formulé à partir de 2006 une nouvelle stratégie de contre-insurrection, pour faire face à la guérilla multiforme qui s'était levée à travers le pays en ruines. Le général David Petraeus est devenu le symbole de cette mutation. Le même phénomène s'est reproduit en Afghanistan, où les généraux du Pentagone avaient aussi misé au départ

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant