Dix ans après, WikiLeaks sous le feu des critiques

le
0
Dix ans après, WikiLeaks sous le feu des critiques
Dix ans après, WikiLeaks sous le feu des critiques

WikiLeaks peut se targuer, au moment où il fête ses dix ans, d?avoir répandu le phénomène des lanceurs d?alerte et disséminé la mode des plateformes de divulgation de documents secrets sur internet dans le monde.Mais le site, déjà handicapé par les ennuis judiciaires de son héraut Julien Assange, voit son image de plus en plus écornée par ceux qui l?accusent d?être manipulé par des gouvernements ou des partis politiques et de manquer de discernement dans ses divulgations.Cloîtré depuis plus de quatre ans à Londres afin d?échapper à des poursuites pour viol en Suède, qu?il estime infondées, Julien Assange marquera mardi le dixième anniversaire de l?enregistrement du nom de domaine wikileaks.org, le 4 octobre 2006.Il doit faire une apparition au balcon de l?ambassade d?Équateur dans la capitale britannique, où il s?est réfugié, et participer à une téléconférence de presse retransmise à Berlin, où se réuniront certains de ses aficionados.Tirant son nom de "wiki", en référence à l?idéal d?ouverture et d?auto-gestion par les usagers du site Wikipedia, et de l?anglais "leaks" (fuites), l?organisation non gouvernementale a publié en une décennie plus de 10 millions de documents fournis par des lanceurs d?alerte.- 'Cablegate' -Ses succès ont fait trembler plus d?un gouvernement, à commencer par celui des Etats-Unis. A son tableau de chasse, WikiLeaks a notamment levé un coin de voile sur le fonctionnement de la prison de Guantanamo ou sur les opérations militaires américaines en Irak et en Afghanistan. Il a surtout déclenché en 2010 le "cablegate" en publiant des dizaines de milliers de télégrammes diplomatiques confidentiels des missions américaines à l?étranger, grâce à un analyste de l?armée américaine.Ces dernières années, l?exemple de WikiLeaks a été largement suivi, par l?informaticien Edward Snowden en particulier, qui a permis à la presse de révéler l?étendue des activités ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant