Dix ans après AZF, les sites industriels sous pression

le
0
VIDÉO - Les plans visant à éloigner les populations exposées peinent à être mis en œuvre

21 septembre 2001, 10h17. Près de 300 tonnes d'ammonitrate explosent dans le hangar 221 de l'usine AZF, à Toulouse. La déflagration équivaut à un séisme de magnitude de 3,4 sur l'échelle de Richter. Le bilan est de 31 morts et des milliers de blessés. La France connaît la pire catastrophe industrielle depuis la Seconde Guerre mondiale. Alors que l'émotion est encore forte et les plaies mal pansées, la loi Bachelot est votée le 30 juillet 2003 pour prévenir les risques technologiques et protéger les populations exposées.

Dix ans après la catastrophe, le bilan reste contrasté. Actuellement, il existe sur le territoire 1200 sites de type Seveso à risques majeurs (explosions, incendies, émanations de gaz toxiques, fuites chimiques ou radiologiques…), dont 680 classés en «seuil haut» et menaçants en raison du volume des substances dangereuses (solvants, hydrocarbures) qui y sont traités. La mise en place du premier volet de la loi Bachelot, qui vise à ré

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant