Divorce : l'affaire qui déchire la communauté juive

le
1
Michel Gugenheim lors des commémorations du 70e anniversaire de la rafle du Vel d'Hiv, en septembre 2012 à Paris.
Michel Gugenheim lors des commémorations du 70e anniversaire de la rafle du Vel d'Hiv, en septembre 2012 à Paris.

Scandale, et contre-feux. Michel Gugenheim, grand rabbin de Paris et grand rabbin de France par intérim depuis la démission forcée de Gilles Bernheim, était entouré mardi des responsables consistoriaux des quatre coins de l'hexagone. Au menu de ce conseil d'administration : l'audition des dix candidats au grand rabbinat de France, mais aussi l'affaire qui secoue depuis plusieurs jours l'institution : le beth din (tribunal rabbinique) de Paris et Michel Gugenheim en particulier ont été accusés d'avoir cautionné une tentative d'extorsion de fonds et de faux témoignage dans le cadre d'une procédure de divorce. Le soutien au grand rabbin a été "unanime", assure le secrétaire rapporteur du consistoire de Paris Alex Buchinger, devant ce qui revient selon lui à une "véritable campagne de calomnie". L'affaire n'en déchire pas moins la communauté juive, à un mois de l'élection du prochain grand rabbin de France. Elle a circulé sur des médias communautaires avant d'être relayée par L'Express, le 7 mai. Le 18 mars dernier, une jeune femme se rend au tribunal rabbinique avec ses deux frères et son oncle pour y obtenir le guet : l'acte de son divorce religieux, sans lequel elle ne peut se remarier. Elle le demande depuis cinq ans. Le divorce au civil, long, difficile, a été prononcé deux ans plus tôt. Mais, dans la tradition juive, la remise du guet doit être librement consentie par le mari, et l'intéressé rechigne. Il fait...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • Aston54 le jeudi 15 mai 2014 à 08:59

    Et on taxe l'église catholique de conservatrice, d'archaique!!!