Divonne-les-Bains lance une nouvelle eau minérale française

le
0
    LYON, 9 juin (Reuters) - La station thermale de 
Divonne-les-Bains (Ain) s'apprête à lancer une eau minérale 
d'une source jamais exploitée qui entend se positionner parmi 
les dix grandes marques françaises grâce à un investissement 
compris entre 20 à 30 millions d'euros. 
    La production de cette nouvelle eau minérale naturelle, 
fruit d'un partenariat entre la station et l'industriel 
Andrenius, pourra atteindre les 400 millions de bouteilles par 
an. Un volume relativement important comparé aux 2,5 milliards 
de bouteilles du leader Evian. 
    La source, située à la frontière du département de l'Ain et 
de la Suisse, est connue depuis l'époque romaine. Elle a la 
particularité de présenter une pureté remarquable ainsi qu'un 
débit important de 80m3/heure. Faute d'investisseur pour 
l'exploiter, elle n'avait jamais été embouteillée.  
    Andrenius, société basée à Perpignan, est détenue à égalité 
par Patrick Sabaté, son PDG, propriétaire de la marque de 
bouchons Sabaté et des champagnes Boërl et Kroll, et par 
l'industriel suédois Jean-Niklas Palm-Jensen, importateur de vin 
et spiritueux en Suède.  
    Les industriels comptent investir sur le site proche du lac 
Léman dans une usine d'embouteillage et des équipements 
logistiques ultra-modernes.  
    "Divonne est l'une des dernières grandes sources françaises 
à ne pas être embouteillée", dit Patrick Sabaté. 
    Pour percer sur le marché des eaux minérales déjà très 
concurrentiel, les investisseurs comptent s'appuyer sur 
l'attrait de la nouveauté suscité par le lancement de cette 
nouvelle eau minérale. L'eau de Divonne sera conditionnée en 
bouteille plastique pour la grande distribution et en verre pour 
l'hôtellerie et la restauration. 
    "Nous avons déposé le nom, indique le député-maire Les 
Républicains de la commune, Etienne Blanc, qui œuvre depuis des 
années pour l'aboutissement de ce projet industriel.  
    Il attend pour sa commune "des retombées colossales en terme 
de notoriété" mais également de nouveaux développements 
industriels. "On travaille déjà avec des partenaires sur la 
déclinaison de l'eau de Divonne en cosmétique, en pharmacie ou 
en agroalimentaire", explique-t-il. 
 
 (Catherine Lagrange, édité par Yves Clarisse) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant