Divers : Stéphane Delpuech souffre d'une encéphalopathie

le
0
Divers : Stéphane Delpuech souffre d'une encéphalopathie
Divers : Stéphane Delpuech souffre d'une encéphalopathie

Dans un témoignage récent publié par Centre Presse Aveyron, l'ancien joueur professionnel Stéphane Delpuech (41 ans) annonce qu'il souffre d'une encéphalopathie post-traumatique.

Au surlendemain de l’annonce faite par Marc Dal Maso, qui souffre de la maladie de Parkinson, le témoignage d’un autre ancien joueur de l’élite française refait surface. Il y a une semaine, Stéphane Delpuech, ancien pilier de Colomiers (1993-2002), Clermont (2002-2004), Bayonne (2004-2005), Pau (2005-2006) et Albi (2006-2010), a confié à nos confrères de Centre Presse Aveyron qu’il souffrait d’une encéphalopathie post-traumatique, conséquence de coups répétés à la tête.

« Je n’arrivais plus à me concentrer, j’étais très stressé, très fatigué, une de mes jambes se dérobait fréquemment... Bref, je souffrais de partout ! », explique le vice-champion de France 2000 avec Colomiers, retiré des terrains depuis 2011. Deux ans après avoir appris le diagnostic, Delpuech reconnait qu’il n’a jamais mis le frein à main sur un terrain, lui qui a hérité du surnom de « sanglier » : « Je n’ai jamais eu un rugby d’évitement. D’ailleurs, je ne compte plus les matchs que j’ai finis sans connaître le score ou encore sans savoir où je campais ! »

Conscient d’avoir sans doute servi de « chair à canon pour le rugby professionnel », celui qui est aujourd’hui vice-président du SC Decazeville veut regarder devant lui : « Mentalement, c’était très dur. Surtout lorsque je ne savais pas de quoi je souffrais. Aujourd’hui, ça va mieux. J’ai encore quelques passages à vide mais j’ai appris à vivre avec. Petit à petit, je me reconstruis et j’essaie d’avancer. » Un témoignage qui pose en tout cas une fois encore la question des coups répétés reçus à la tête par les rugbymen professionnels et de leurs conséquences sur le cerveau.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant