Divers : Pour Armstrong, c'est " toujours un sacré bordel "

le
0
Lance Armstrong s'est longuement confié dans les colonnes de Sud-Ouest ce mardi. L'ancien cycliste américain continue de vivre avec ses aveux de dopage et assure ne pas être sorti du " bordel " dans lequel ils ont mis sa vie.

Lance Armstrong qui se confie dans un media français, une première depuis les aveux hyper médiatiques de l'ancien cycliste américain. Près de deux ans après avoir confessé, sur le plateau d'Oprahg Winfrey, s'être dopé lors de sa carrière, le septuple vainqueur déchu du Tour de France a été suivi par Ouest-France sur une course amateur aux Etats-Unis. Le Texan reste dans le brouillard. « J'ai avoué. Que dire de plus ? J'ai dit à la télévision ce que j'avais à dire. Je lutte aujourd'hui avec les conséquences de ces déclarations. C'est un long tunnel dont j'espère sortir tôt ou tard », explique-t-il au quotidien régional.

Selon lui, l'acharnement dont il a fait l'objet relève d'une certaine injustice. « J'ai fait partie d'une génération compliquée, qui avait hérité ses pratiques de la génération précédente. Cette dernière, elle, n'a jamais été inquiétée ou fait l'objet d'une enquête... Mais c'est comme cela, le milieu du sport est parfois surprenant. » Aujourd'hui, à 43 ans (il les a fêtés le 18 septembre dernier), Armstrong assure s'être complètement détaché du monde du cyclisme. « Je ne suis pas les résultats. De temps à autre, je lis le journal ou je surfe sur internet, mais je ne regarde pas cela en particulier. Ce n'est pas parce qu'il s'agit de quelque chose de douloureux, c'est simplement parce que j'ai tourné la page. Inutile de vous dire que la fin de ma carrière a été compliquée. C'est même toujours un sacré bordel... Je me suis éloigné naturellement de cela. »

Certains événements récents ont sonné comme un rappel à l'ordre et l'ont convaincu de savourer chaque instant. « Lorsque l'on a consacré sa vie à un sport, on se rend compte à la fin de sa carrière que l'on est passé à côté de beaucoup de choses. J'essaye de rattraper le temps perdu, que ce soit avec mes enfants ou en voyageant. Je me consacre aussi à la lutte contre le cancer. Toutes mes priorités ont changé. C'est d'autant plus vrai depuis la mort de mon ami Robin Williams. J'ai compris qu'il fallait profiter de la vie au maximum. » Comme lors de ses passages en France, dont il garde un souvenir ému. Même si la réciproque n'est pas forcément vraie.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant