Divers : Ngapeth risque trois mois de prison avec sursis

le
0
Divers : Ngapeth risque trois mois de prison avec sursis
Divers : Ngapeth risque trois mois de prison avec sursis

Pour des faits avec violences qui ont eu lieu l'été dernier, le volleyeur international français Earvin Ngapeth risque trois mois de prison avec sursis mais aussi 3 000 euros d'amende.

Ce lundi, le Tribunal de Grande Instance de Paris a requis une peine de trois ans de prison avec sursis à l'encontre de Earvin Ngapeth. Accusé d'avoir frappé un agent de la SNCF alors qu'il bloquait le départ du TGV reliant Paris à Bordeaux le 21 juillet dernier, le réceptionneur-attaquant de Modène (Italie) a été entendu ce lundi matin par le parquet de Paris. Si ce dernier a réfuté avoir « tabassé qui que ce soit » dans cette affaire qui a commencé peu après le titre des Bleus en Ligue Mondiale, l'agent de la SNCF présentait une plaie de sept centimètres au niveau de l'arcade droite et une ecchymose autour de l'œil suite à cette altercation avec le joueur de l’équipe de France de volleyball. La procureure a affirmé que l'international tricolore était « coupable » d'entrave à la circulation d'un TGV et de violence sur un contrôleur, ajoutant que « la lecture de la procédure démontre suffisamment sa responsabilité ». En plus d'une peine de prison avec sursis, Earvin Ngapeth risque une amende de 3 000 euros et même 1 000 de plus pour entrave à la circulation. Le volleyeur international français, champion d’Europe avec les Bleus en octobre dernier, ne connaîtra pas sa peine avant le 4 avril prochain.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant