Diurétique mal conditionné : enquête à Marseille après un décès

le
1
Diurétique mal conditionné : enquête à Marseille après un décès
Diurétique mal conditionné : enquête à Marseille après un décès

Une enquête judiciaire a été ouverte à Marseille après le décès samedi d'un nonagénaire. L'homme de 91 ans est décédé dans la soirée alors qu'il était sous traitement de Furosémide, le médicament générique diurétique du laboratoire Teva, dont deux lots mal conditionnés font l'objet d'une mesure de rappel. Certains comprimés ont été remplacés par erreur par des comprimés d'un somnifère.

La «non-prise du diurétique est peut être à l'origine de l'oedème pulmonaire aigu (dont est mort le nonagénaire)», a estimé ce dimanche le procureur de la République de Marseille, après l'autopsie. D'après les déclarations de l'infirmière qui lui administrait ce médicament deux fois par jour en raison d'une insuffisance cardiaque grave, «il semblerait que l'une des boîtes d'un lot mal conditionné», pouvant contenir non pas le diurétique mais un somnifère, ait été utilisée depuis une semaine, a précisé Jacques Dallest.

Il prenait du Furosémide Teva 40 mg depuis plus d'un an

Seuls les examens toxicologiques pratiqués dans les prochains jours, qui détermineront les substances contenues dans le sang et les tissus de la victime, et l'examen de son dossier médical, pourront désormais orienter l'enquête, ouverte pour «recherche des causes de la mort» par le pôle santé publique du parquet de Marseille. Pour l'instant, le magistrat recommande la prudence en raison l'état de santé «très dégradé» et «l'âge avancé» de ce retraité retrouvé mort dans sa maison du quartier du Roucas Blanc. Mais «s'il le faut, le parquet ouvrira une information judiciaire pour homicide involontaire», a-t-il poursuivi.

Depuis un peu plus d'un an, le nonagénaire, qui avait également du cholestérol, prenait ce diurétique deux fois par jour. Son ordonnance de Furosémide (spécialité générique du Lasilix) lui avait été renouvelée le 2 juin. Les diurétiques sont prescrits dans des cas d'hypertension artérielle et ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • frk987 le dimanche 9 juin 2013 à 19:28

    C'est tant de le dire, la mort est certaine sous 48 h.