"Dites moi pas que c'est pas vrai"

le
0
"Dites moi pas que c'est pas vrai"
"Dites moi pas que c'est pas vrai"

" Ils ont changé de costume, les réparateurs de chez Darty ". Face à Jamel Debbouze, Thierry Henry a la voix douce et le sourire sincère. Invité exceptionnel d'un épisode de H diffusé pour la première fois le 13 mars 1999, le néo-retraité a peut-être réalisé ce jour-là un plus gros coup que le 12 juillet 1998. Ca valait bien un petit retour en arrière.

" Je me souviens, quand il est arrivé par le fond avec ses béquilles et ses pieds bandés, les gens dans la salle l'ont reconnu petit à petit. Il a eu droit à une ovation de star pour la première prise ". Réalisateur du 19ème épisode de la première saison de H, Une histoire de lapin, Charles Némès ne parle pas de Pierre Palmade, invité à glisser quelques répliques dans cet opus de la sitcom française de la fin du millénaire. Plus Platini que Laroque dans le Michel, c'est dans un maillot de l'équipe de France que la vraie star du jour débarque, clopin-clopant, au bureau de Jamel Debbouze, standardiste de ce qui se veut être l'hôpital Robert Debré. Le calendrier indique la date du 13 mars 1999, le figurant de luxe s'appelle Thierry Henry et ce dialogue appartient à l'histoire, celle avec un grand h, celle qui reste dans les mémoires. En pleine commande d'un menu Giant chez Quick, Ramzy Bédia, aka Sabri Saïd, brancardier-barman, se souvient volontiers de ce grand moment : " C'était un tel honneur de le recevoir Thierry Henry qui vient nous voir dans notre série, c'était vraiment incroyable, surtout qu'à l'époque, il venait tout juste d'être sacré champion du monde. Avec le recul, ça reste l'un des grands moments de ma carrière ". Entre inquiétudes et éclats de rire, déjeuner à la cantine et foot improvisés, la légende d'Arsenal, qui a passé deux jours avec Béa, Clara, Strauss et tous les autres, pourrait certainement en dire autant.
" Mieux que Barack Obama "
Rarement prophète en son pays, Thierry Henry a beau recevoir un accueil chaleureux des spectateurs présents dans les studios de Boulogne-Billancourt, il se rend vite compte que dans ce coin du 92, il n'est pas le seul patron. " H, c'était une série grand public inspirée des sitcoms américaines. L'interprétation des garçons avait un grand rôle vis-à-vis du public, ils étaient les porteurs de ce type d'humour. Le public venait pour eux, il y avait vraiment un rapport de rockstars avec leurs fans " sabre d'entrée de jeu Charles Némès. Un avis partagé par Eric Judor : "On tournait en public. C'est une chose d'interpréter son propre rôle comme Thierry Henry l'a fait, mais ça en est une autre de venir dans notre fief où on était les chouchous du public. ". L'attaquant international qui vient défier l'équipe de France du rire sur son terrain, c'est un coup de Jamel Debbouze. " Jamel l'avait rencontré, il...


Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant