Dissolution engagée pour deux groupes nationalistes

le
0

PARIS (Reuters) - Deux groupes d'extrême droite ont annoncé mardi que leur dissolution leur avait été notifiée par le ministère de l'Intérieur comme l'avait annoncé le gouvernement après la mort d'un militant antifasciste début juin à Paris.

Il s'agit du groupe d'extrême droite Troisième Voie, dirigé par Serge Ayoub, et des Jeunesses nationalistes, un mouvement fondé par Alexandre Gabriac et actif dans la région lyonnaise.

"On nous a notifié la dissolution de Jeunesses nationalistes, on a dix jours pour présenter nos arguments avant la ratification du décret", a dit à Reuters Alexandre Gabriac. "On attendait cette décision après les déclarations de Manuel Valls, notre avocat est déjà au travail."

"C'est un coup de plus qui est porté par le système, nous nous relèverons de ce coup, on va continuer à agir, nous ne faiblirons pas", a-t-il ajouté. "Cette dissolution n'empêchera pas le nationalisme de s'exprimer, sous toutes les formes possibles".

Interrogé par Reuters, Serge Ayoub, qui devait tenir une conférence de presse en fin de journée à Paris, a confirmé avoir reçu la notification de la dissolution de Troisième Voie.

Les suspects mis en examen dans le cadre de l'enquête sur la mort de Clément Méric ont déclaré aux enquêteurs être des sympathisants de Troisième Voie, proche des Jeunesses nationalistes révolutionnaires (JNR).

Marine Pennetier avec Gérard Bon, édité par Sophie Louet

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant