Dissolution de la Chambre au Japon et élections dans un mois

le
0
LE JAPON DISSOUT LA CHAMBRE BASSE DU PARLEMENT EN VUE DES LÉGISLATIVES
LE JAPON DISSOUT LA CHAMBRE BASSE DU PARLEMENT EN VUE DES LÉGISLATIVES

par Linda Sieg et Tetsushi Kajimoto

TOKYO (Reuters) - Le Japon a dissous vendredi la chambre basse du Parlement en vue des élections législatives du 16 décembre qui devraient voir le retour au pouvoir du Parti libéral-démocrate (PLD, droite).

Le président de la Chambre des représentants a annoncé officiellement la dissolution, approuvée auparavant par le gouvernement du Premier ministre Yoshihiko Noda, sixième chef du gouvernement japonais en six ans.

Peu d'observateurs s'attendent à ce que le scrutin, trois ans après l'arrivée historique au pouvoir du Parti démocrate du Japon (PDJ, gauche), résolve les difficultés économiques de l'archipel confronté à un vieillissement de sa population et à la montée en puissance de la Chine.

Les experts s'interrogent sur la politique que mènera le probable futur Premier ministre, le chef du PLD Shinzo Abe, face à la Chine.

Shinzo Abe a assuré jeudi qu'il n'avait pas l'intention de reculer dans le cadre du différend territorial entre Tokyo et Pékin. Il a confirmé son intention d'augmenter le budget des garde-côtes, afin d'éviter que Pékin ne prenne le contrôle effectif d'un petit archipel que les deux pays revendiquent et que le Japon appelle Senkaku et la Chine Daioyu.

"L'enjeu de cette bataille (électorale), c'est le redressement du Japon. Nous allons retrouver une économie forte", a déclaré Shinzo Abe.

"Nous allons redresser la politique étrangère. Nous allons affirmer fortement devant les électeurs notre volonté de rétablir l'alliance américano-japonaise, sérieusement mise à mal par le gouvernement du Parti démocrate", a-t-il ajouté.

Le Premier ministre sortant a mis en garde de son côté contre les dangers d'une diplomatie musclée. "Un nationalisme bien trempé est nécessaire, mais si l'on va vers les extrêmes, cela devient du chauvinisme", a dit Yoshihiko Noda.

"La politique diplomatique et de sécurité influencée par une telle atmosphère constitue un danger pour le Japon", a-t-il ajouté.

"NATIONALISME CONFORTABLE"

Vendredi, le PLD a annoncé dans un document qui devrait lui servir de base pour son programme électoral, qu'il visait un objectif de croissance économique de 3% par an et un objectif d'inflation de 2%.

"(Les futurs dirigeants) seront probablement confrontés aux mêmes problèmes: une alternance politique rapide, un gouvernement faible qui aura du mal à engager les réformes qui font mal, et qui sera tenté de se complaire dans un nationalisme confortable", juge Jeffrey Kingston, directeur des études asiatiques à l'université Temple.

"Lorsque la politique tombe dans le chaos, ce sont toujours les citoyens qui sont sacrifiés", estime de son côté le président de Toyota, Akio Toyoda.

"Nous voulons un dirigeant qui puisse comprendre les difficultés que connait le peuple, quelqu'un qui puisse conduire le pays pour créer une société récompensant ceux qui travaillent dur", ajoute-t-il.

Les enjeux du scrutin sont multiples: le rôle de la banque centrale dans la relance d'une économie qui glisse vers sa quatrième récession depuis l'an 2000, l'avenir du nucléaire après la catastrophe de Fukushima, la participation éventuelle du Japon à un partenariat commercial transpacifique proposé par les Etats-Unis.

Mais dans un pays où les différences entre les partis sont uniquement affaire de nuance, le débat électoral portera essentiellement sur les personnes et leur capacité à gouverner.

"La principale question est de savoir si on doit se débarrasser du PDJ pour 'incompétence' et faire revenir des gens expérimentés (le PLD)", analyse un élu du parti au pouvoir, sous couvert d'anonymat.

"Ou bien, parce que le PLD nous a plongé dans cette panade, s'il faut faire appel à un leader plus fort, plus intelligent comme Hashimoto", ajoute-t-il en faisant allusion à Toru Hashimoto, le maire d'Osaka, très populaire dans le pays.

Danielle Rouquié et Pascal Liétout pour le service français

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant