Dissidence à droite à Paris et contestation des listes

le
2
CHARLES BEIGBEDER COMPTE PRÉSENTER UNE LISTE DISSIDENTE DE DROITE À PARIS
CHARLES BEIGBEDER COMPTE PRÉSENTER UNE LISTE DISSIDENTE DE DROITE À PARIS

PARIS (Reuters) - L'homme d'affaires Charles Beigbeder a annoncé samedi qu'il présenterait le mois prochain une liste dissidente à Paris pour les élections municipales de mars, afin d'offrir une alternative à droite à celles menées par Nathalie Kosciusko-Morizet.

L'équipe de la candidate UMP à la mairie de Paris a dénoncé une division "mortifère", avant un second coup de théâtre. La liste des candidats de l'UMP et du centre a été dévoilée et a été immédiatement contestée par les centristes de l'UDI.

Ceux-ci ont dénoncé la disparition de quatre noms, sur lesquels un accord avait d'après eux été trouvé, ce qui risque selon Jean-Louis Borloo de poser un problème politique et de confiance.

"C'est inacceptable", a dit Philippe Vigier, porte-parole de l'UDI, sur I>Télé. "Sans nous, elle ne peut pas gagner", a-t-il déclaré à propos de Nathalie Kosciusko-Morizet.

Charles Beigbeder s'est défendu de vouloir faire échec à la candidate UMP, sur la liste de laquelle il avait souhaité figurer, expliquant au contraire vouloir aider la droite et le centre à battre la favorite socialiste, Anne Hidalgo.

"C'est un combat pour essayer de faire battre Hidalgo, ce n'est pas un front anti-NKM", a-t-il déclaré sur BFM TV.

Charles Beigbeder briguait la deuxième place sur la liste UMP dans le VIIIe arrondissement, finalement accordée au député Pierre Lellouche.

Il a annoncé dans la soirée sur Twitter que le président de l'UMP, Jean-François Copé, désapprouvait sa démarche et qu'il avait décidé de se "mettre en retrait" de l'UMP, dont il est secrétaire national.

"PERSONNE NE VEUT" DE LUI

"On ne peut pas me reprocher d'être autoritaire et de ne pas imposer quelqu'un dont personne ne veut !", explique Nathalie Kosciusko-Morizet dans un entretien publié samedi dans Le Parisien, à propos de Charles Beigbeder.

"Il a fait devant moi, et pendant des semaines, une danse du ventre endiablée pour être sur mes listes. Quand cela s'est avéré impossible, il m'a agonie d'injures", poursuit-elle.

Face aux difficultés de sa campagne, Nathalie Kosciusko-Morizet met en cause l'état-major de l'UMP.

"Je suis confrontée à des manoeuvres de retardement, d'empêchement. Mais je le dis: elles seront toutes mises en échec", déclare-t-elle.

Pierre-Yves Bournazel, porte-parole de Nathalie Kosciusko-Morizet pour la campagne municipale, a déploré l'annonce de Charles Beigbeder.

"La division est mortifère pour la droite mais surtout pour les Parisiens", a-t-il dit sur BFM TV. "Toute dissidence ou toute tentative de déstabilisation dessert les idées et les valeurs que nous portons."

Après la publication par Nathalie Kosciusko-Morizet et ses alliés centristes Christian Saint-Etienne et Marielle de Sarnez de la liste de leurs candidats, l'UDI a dénoncé la disparition de quatre noms qui figuraient dans l'accord conclu début décembre entre la droite et le centre.

"Nous osons imaginer qu'il s'agit d'une erreur et qu'un accord aussi clair et précis n'est pas remis en cause de manière unilatérale. Cela poserait un problème politique et de confiance", a déclaré Jean-Louis Borloo, président de l'UDI, dans un communiqué.

Jean-Baptiste Vey, édité par Guy Kerivel

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • fortunos le samedi 21 déc 2013 à 21:14

    la droite la plus bete du monde,leurs opposants nont pas de soucis a se faire,Mr Charles travaille pour Mme Anne Hidalgo

  • bach.ran le samedi 21 déc 2013 à 14:28

    vous avez dit TAUPE TAUPE c'est d'une évidence ,,,,,,