Dispositif de sécurité exceptionnel pour la Fête des Lumières de Lyon

le
0
    LYON, 14 octobre (Reuters) - Le préfet du Rhône et le maire 
de Lyon ont décidé de maintenir, malgré les risques d'attentat, 
la Fête des Lumières de Lyon, événement populaire qui rassemble 
quelques 3 millions de visiteurs chaque année autour du 8 
décembre.  
    Des mesures de sécurité exceptionnelles seront déployées 
pour assurer le bon déroulement d'un rendez-vous festif qui 
avait été annulé l'an dernier, juste après les attentats du 13 
novembre, avec un impact économique important. 
    "750 policiers, gendarmes et militaires vont être mobilisés, 
et on ira même au-delà si c'est possible", a indiqué Michel 
Delpuech, préfet du Rhône, lors d'une conférence de presse. "La 
fête se déroulera dans des conditions de sécurité optimales 
compte tenu de la situation que connaît notre pays. Il s'agit de 
dire aux terroristes : on est là, on ne nous fera pas caler." 
    Le préfet compare les mesures de sécurité mises en place à 
celle de l'Euro 2016. L'armée de l'air assurera ainsi pendant 
trois jours une surveillance de la ville par l'intermédiaire 
d'un drone qui enregistrera des images retransmises au centre de 
surveillance départemental installé à la préfecture permettant 
de réajuster le dispositif si besoin.  
    Pour assurer une sécurité maximale, la mairie a par ailleurs 
fait le choix de concentrer l'événement sur un périmètre 
restreint au seul quartier de la presqu'Ile entre Rhône et 
Saône, ainsi qu'au Vieux Lyon et au théâtre antique de 
Fourvière. La Fête des Lumières se déployait habituellement sur 
les neuf arrondissements de la ville.  
    La Presqu'Ile sera ainsi bouclée et accessible par 
l'intermédiaire de 42 "points d'entrée" contrôlés par 200 
personnels de sécurité privé ainsi que par la police nationale.  
    "Il y aura des contrôles des entrées ciblés et aléatoires", 
a indiqué le maire de Lyon Gérard Collomb. 
    Les axes seront fermés par des barrières et des véhicules 
avec chauffeurs afin d'éviter un scénario identique à celui du 
14 juillet dernier à Nice, où 86 personnes ont été tuées par un 
camion conduit par un homme se réclament de l'Etat islamique. 
 
 (Catherine Lagrange, édité par Yves Clarisse) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant