Dispositif de police à Nice : la droite demande des explications

le , mis à jour à 11:38
2
Dispositif de police à Nice : la droite demande des explications
Dispositif de police à Nice : la droite demande des explications

Le président (Les Républicains) du Sénat Gérard Larcher souhaite « une enquête indépendante » sur le dispositif de sécurité en place le soir de l'attentat à Nice, sur lequel s'opposent depuis le gouvernement et la mairie (LR) de Nice dont son premier adjoint Christian Estrosi.

 

Ce jeudi, le quotidien Libération affirme que, contrairement à ce qu'avait affirmé le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve, l'entrée du périmètre de la promenade des Anglais réservé aux piétons ce soir-là n'était pas sécurisé par la police nationale. « Un seul véhicule de police, celui des agents municipaux, se trouvait au milieu de la chaussée, côté mer », affirme le journal.

 

Europe 1 a interrogé une policière municipale niçoise qui confirme. Sarah Baron, par ailleurs secrétaire nationale adjointe du syndicat FO, affirme que « la police municipale a pris son service à 19 heures sur site et il n’y avait pas d’effectif de police nationale. A l’instant où le camion pénètre sur le trottoir et qu’il s’engage dans la zone réservée, on a des policiers municipaux qui sont en coupure de circulation, avec un véhicule et des barrières posées par les services de la Ville ».

 

«Le mieux, c'est de recourir à une enquête indépendante»

 

Dans un communiqué du 16 juillet, pour couper court au front de polémique ouvert par Christian Estrosi, le ministère affirmait que « la mission périmétrique était confiée pour les points les plus sensibles à des équipages de la police nationale, renforcés d'équipages de la police municipale. C'était le cas notamment du point d'entrée du camion, avec une interdiction d'accès matérialisée par le positionnement de véhicules bloquant l'accès à la chaussée ». Or, sur la photographie que publie le quotidien, on voit quelques barrières Vauban devant lesquelles se détournent les automobilistes, et deux policiers municipaux affublés d'un gilet jaune. Le ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • xk8r il y a 5 mois

    on va voir si valls est un gros menteur ou non

  • M7166371 il y a 5 mois

    Une commission d'enquête parlementaire s'impose pour ce qui ressemble fort à un "Nicegate"