Disneyland Paris : des handicapés dénoncent des discriminations

le
4
Disneyland Paris : des handicapés dénoncent des discriminations
Disneyland Paris : des handicapés dénoncent des discriminations

De nombreuses familles de personnes handicapées, notamment des parents d'enfants trisomiques, sont en colère contre l'accueil qui leur est fait à Disneyland Resort Paris. L'Unapei*, principal mouvement associatif des handicapés mentaux, qui fédère 180 000 personnes, va déposer plainte aujourd'hui contre X pour discrimination liée au handicap, sur des faits qui se passent au parc. La présidente de l'Unapei, Christel Prado, précise que « de nombreuses familles nous ont alertés sur des actes de discrimination manifeste dans les parcs Disneyland Paris. C'est du délit de faciès. On n'a jamais entendu parler de tels problèmes dans d'autres parcs de loisirs. »

De fait, chez Disney, les personnes handicapées doivent se signaler « en tant que tel » lorsqu'elles se présentent aux caisses. « Sinon elles sont sorties de la file d'attente, devant les enfants, c'est très humiliant. Mickey nous rend dingos », ajoute Christel Prado. Les handicapés sont de fait orientés vers une caisse prioritaire. « Si au moins ça se passait bien... Lorsqu'ils arrivent devant l'attraction, ils ne peuvent pas rentrer ensemble. C'est un par un, avec à chaque fois l'accompagnateur. Résultat : des heures avant de pouvoir embarquer, et un sentiment d'humiliation », s'insurge Thierry Nouvel, le directeur général de l'Unapei.

Pour preuve, un groupe de jeunes handicapés, avec leurs accompagnateurs, s'est rendu sur le site le 10 juin et a filmé en caméra cachée. La scène est poignante lorsqu'ils arrivent, avec leur pass, pour rentrer dans l'attraction Small World. Un employé de Disney, visiblement ennuyé, leur barre l'accès : « C'est pour votre sécurité... »

Sur le document, on voit aussi un groupe de handicapés ne pas comprendre ce qui se passe, et se mettre vraiment en colère. Christel Prado ajoute : « Ce qui me choque par-dessus tout, c'est le tri. A une époque où l'on parle du mieux-vivre-ensemble, on ne peut pas tolérer une ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M5706880 le jeudi 3 juil 2014 à 10:51

    hhcc, vos propos sont intolérants et vous n'apportez aucun argument. Et c'est vrai que je comprends mal pourquoi quelqu'un s'acharnerait à garder un embryon handicapé.... sachant qu'il va avoir une vie plus dure forcément... philosophie bizarre... peut être en lien avec la religion chrétienne?Concernant disneyland, je fais partie des nantis de la planète qui emmènent leurs enfants voir la magie de Mickey. C'est bondé de monde on attends tous des plombes c'est très long... pour tout le monde.

  • papy988 le jeudi 3 juil 2014 à 09:43

    Hhcc mon avis vous choque peu être,mais il est celui de beaucoup .Après vos petites insultes de bobos Parisiens gaucho ecolos (je n'ai rien contre les Parisiens) vous pouvez vous les mettre bien profond!

  • M2941863 le jeudi 3 juil 2014 à 09:26

    @papy988, c'est sur qu'avec la recherche, aujourd'hui les parents le savent donc garder quand même un enfant atteint c'est aussi savoir que son avenir ne sera pas rose, compter sur la sté pour le prendre en charge n'est pas la bonne solution. Tant qu'à Disney, il a raison de se prémunir de problèmes éventuels comme peur dans les manèges, réactions envers d'autres enfants, etc... c'est la responsabilité de Disney qui serait en jeu.

  • papy988 le jeudi 3 juil 2014 à 09:06

    Les handicapés type triso coute chère à la France.Je ne comprend pas pourquoi la collectivité,doit payer les défaillances des parens.Si avant la naissance les parents savent que leur enfant sera trisomique et qu'il le garde.Alors qu'ils en assument les frais.Des phrases dures mais réaliste.