Discussions à Kiev sur le différend gazier Russie-Ukraine

le
0

KIEV (Reuters) - Les négociations sur le contentieux gazier russo-ukrainien, qui ont repris samedi soir à Kiev entre les délégations de l'Ukraine, de la Russie et de la Commission européenne, n'ont toujours pas débouché sur un accord mais se poursuivront dimanche, a annoncé le ministre ukrainien de l'Energie, Iouri Prodan.

Moscou a prévenu que la compagnie Gazprom suspendrait ses livraisons de gaz à l'Ukraine à partir de lundi si Kiev ne rembourse pas une dette de 1,95 milliard de dollars.

"Chaque camp a exposé aujourd'hui sa position. Aucune solution n'a été trouvée. En conséquence, en accord avec une proposition du commissaire (européen à l'Energie Günther) Oettinger, les discussions se poursuivront demain matin", a déclaré Iouri Prodan aux journalistes.

Un porte-parole de Gazprom, Sergueï Kouprianov, avait déclaré dans la journée que le groupe russe était disposé "à chercher une solution de compromis" mais refusait des "pressions inutiles".

La Russie a consenti à abaisser de 100 dollars le prix des 1.000 mètres cubes de gaz, à 385 dollars, alors que l'Ukraine s'est dit prête à un compromis sur la base du prix de 326 dollars proposé par la Commission européenne, qui joue les médiateurs.

"Nous espérons régler nos désaccords de façon civilisée. Une escalade n'est dans l'intérêt de personne", a déclaré Andriy Kobolev, directeur général de la compagnie ukrainienne Naftogaz, dans une lettre ouverte publiée samedi peu avant la reprise des négociations à Kiev.

(Pavel Polityuk avec Vladimir Soldatkin à Moscou, Tangi Salaün et Guy Kerivel pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant