Discussions à Bruxelles pour préparer un éventuel Brexit

le
0
    BRUXELLES, 25 mai (Reuters) - Des diplomates de plusieurs 
Etats membres, dont la France et l'Allemagne, ont entamé des 
discussions avec les instances européennes pour préparer une 
réponse coordonnée si les Britanniques se prononcent pour une 
sortie de l'UE lors du référendum du 23 juin, a-t-on appris de 
sources proches des discussions.  
    Une réunion a eu lieu lundi autour de Martin Selmayr, chef 
de cabinet du président de la Commission européenne, Jean-Claude 
Juncker, et d'autres, qui porteront sur des points précis, 
devraient suivre, dit-on. 
    L'objectif ne serait pas de préparer les négociations sans 
précédent qui devront avoir lieu avant un éventuel "Brexit", 
mais de définir la stratégie à mettre en oeuvre immédiatement 
après le scrutin, notamment en ce qui concerne la communication, 
si les partisans de la sortie l'emportent.  
    "L'idée est d'avoir quelque chose de prêt, de ne pas laisser 
ça pour l'après 23 juin", a-t-on souligné.  
    Outre la France et l'Allemagne, la Slovaquie, qui prendra la 
présidence de l'UE en juillet, était représentée.  
    A Paris et à Berlin, on se refuse à tout commentaire.  A 
Bruxelles, on assure que la Commission ne se prépare à rien 
d'autre qu'au maintien de la Grande-Bretagne parmi les Etats 
membres. "Il n'y a pas de plan B", a affirmé son porte-parole 
Alexander Winterstein.    
 
 (Gabriela Baczynska, Jean-Philippe Lefief pour le service 
français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant