Discours sans concession du chef du Hamas à Gaza

le
0
DISCOURS SANS CONCESSION DU CHEF DU HAMAS À GAZA
DISCOURS SANS CONCESSION DU CHEF DU HAMAS À GAZA

par Nidal al-Mughrabi et Crispian Balmer

GAZA (Reuters) - Le Hamas ne reconnaîtra jamais Israël et revendiquera toujours la terre de Palestine dans sa totalité, a affirmé samedi à Gaza le chef du mouvement islamiste palestinien.

Au lendemain d'un accueil triomphal après 45 ans d'exil, Khaled Méchaal a pris la parole lors d'un grand "rassemblement de la victoire" dans la bande de Gaza, deux semaines après la fin des bombardements israéliens dans l'enclave palestinienne.

"La Palestine est à nous, de la rivière (Jourdain) à la mer (Méditerranée) et du sud au nord. Nous ne ferons aucune concession, nous n'abandonnerons pas un seul pouce de notre terre", a-t-il dit lors des cérémonies marquant le 25e anniversaire de la fondation du Hamas et le début de la première intifada.

"Nous ne reconnaîtrons jamais la légitimité de l'occupation israélienne (...) Israël n'a aucune légitimité et n'en aura jamais", a-t-il ajouté au cours de cette réunion publique qui a duré quatre heures.

Devant une mer de drapeaux et une foule enthousiaste estimée à un demi-million de personnes par le Hamas, Khaled Méchaal s'est engagé à faire libérer les prisonniers palestiniens détenus en Israël, laissant présager de nouvelles tentatives d'enlèvement de soldats de Tsahal utilisés ensuite comme monnaie d'échange.

L'an dernier, Israël a libéré 1.027 détenus palestiniens en échange du sergent Gilad Shalit, qui avait été enlevé en 2006 par un groupe armé de la bande de Gaza.

"Nous n'aurons pas un instant de repos tant que nous n'aurons pas libéré tous les détenus palestiniens. Et nous utiliserons les mêmes moyens que par le passé", a lancé Khaled Méchaal.

"UN JOUR DE VICTOIRE"

Le chef du Hamas, né en 1956 près de Ramallah, en Cisjordanie, n'était plus retourné en territoire palestinien depuis la guerre des Six-Jours en 1967 et ne s'était jamais rendu jusqu'ici dans la bande de Gaza.

Des milliers de personnes, beaucoup brandissant le drapeau vert du Hamas, avaient commencé à se rassembler dès le matin sur un terrain vague au sol détrempé par la pluie, au son de chants patriotiques diffusés par des haut-parleurs.

La vaste scène dressée pour ce "rassemblement de la victoire" était surmontée d'une reproduction gigantesque d'un missile M75, dont plusieurs exemplaires ont été tirés en direction de Tel Aviv et de Jérusalem au plus fort des combats de novembre.

"Oh cher Méchaal, notre armée a frappé Tel Aviv", scandaient des manifestants. "O Kassam, recommence, et frappe cette fois Haïfa !", ont-ils ajouté, évoquant les Brigades Ezzedine al Kassam, la branche armée du Hamas, et le port israélien de Haïfa.

"C'est un jour de victoire", s'est exclamé Ahmed Chahine, un Palestinien de 60 ans assis avec ses jeunes enfants devant l'imposante estrade. "La présence de Khaled Méchaal est un signe de cette victoire."

Khaled Méchaal est sorti largement renforcé des combats qui ont fait rage pendant huit jours le mois dernier dans ce territoire palestinien, dont le mouvement islamiste a pris le contrôle en juin 2007.

Les affrontements ont fait 170 morts dans les rangs palestiniens et six côté israélien. L'Etat hébreu assure avoir considérablement entamé les capacités militaires du Hamas, mais le mouvement islamiste a néanmoins tiré parti du conflit, qui lui a valu des témoignages de solidarité de la plupart des pays arabes et de l'Autorité palestinienne.

"REFERMER LE CHAPITRE DE LA DIVISION"

Des représentants du Qatar, de la Malaisie, de la Turquie, de l'Egypte et du Bahreïn ont ainsi assisté à la cérémonie de samedi.

Khaled Méchaal, qui a pris une part active aux négociations pendant les combats, a lui-même raffermi sa légitimité à la tête de son mouvement, même s'il assure vouloir passer la main à brève échéance. Il a qualifié vendredi sa visite à Gaza de "troisième naissance", évoquant la tentative d'empoisonnement du Mossad à laquelle il a échappé en 1997 à Amman.

Depuis le cessez-le-feu, conclu sous l'égide d'une Egypte désormais dirigée par des Frères musulmans proches du Hamas, Khaled Méchaal parle plus que jamais de réconciliation avec le Fatah de Mahmoud Abbas, président de l'Autorité palestinienne.

Dans son discours, il a rendu un hommage appuyé à l'Egypte, "notre soutien". Il a en revanche pris ses distances avec le président syrien Bachar al Assad, confronté depuis plus de vingt mois à une révolte populaire. "Le Hamas ne peut soutenir les régimes ou les Etats qui mènent une guerre sanglante contre leur propre peuple", a-t-il dit.

Pendant plusieurs années, le chef du Hamas a vécu en exil à Damas, la capitale syrienne qu'il a quittée au début de cette année.

Fait sans précédent depuis 2007, des représentants locaux du Fatah, que le Hamas a évincé de la bande de Gaza, devaient assister au rassemblement de samedi.

"Si Dieu le veut (...), la réconciliation aura lieu. L'unité nationale est à portée de main", a déclaré Khaled Méchaal, vendredi, sur les ruines d'une maison détruite par un raid israélien qui a coûté la vie à 12 civils.

"Après la victoire de Gaza, il est temps maintenant de refermer le chapitre de la division et de construire l'unité palestinienne", a-t-il lancé samedi.

Avec Marwa Awad; Jean-Philippe Lefief, Bertrand Boucey et Guy Kerivel pour le service français

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant