Discipline budgétaire : Berlin revoit sa position

le
0
Paris aurait obtenu que l'Eurogroupe, et non la Commission, reste en charge des sanctions pour déficits excessifs. Sarkozy et Merkel sont d'accord pour réviser le traité de Lisbonne d'ici à 2013.

La France, soucieuse de garder les mains libres, est finalement parvenue ce lundi à assouplir la future discipline budgétaire européenne: grâce à un revirement allemand, les sanctions imposées aux États de la zone euro qui dépensent trop ou ne réduisent pas assez vite leur dette publique seront sans doute moins «automatiques» que prévu, selon des sources diplomatiques.

L'heure de vérité approche pour la gouvernance économique et budgétaire de l'UE. Dans dix jours, les Vingt-Sept arrêteront au sommet les règles et les pénalités du tour de vis décidé au printemps après l'alerte sur l'euro et la déconfiture de la Grèce. Depuis cinq mois, le fossé s'était creusé entre Paris à Berlin à propos de l'autorité investie du pouvoir de police budgétaire. Ce lundi à Luxembourg, selon des sources diplomatiques, les points de vue se sont rapprochés. Dans un sens favorable aux thèses défendues par la France.

Jusqu'ici, la position allemande semblait imprenable. Ber

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant