Dîner de gauche à l'Elysée : le message de Hollande à ses alliés

le
9
Dîner de gauche à l'Elysée : le message de Hollande à ses alliés
Dîner de gauche à l'Elysée : le message de Hollande à ses alliés

«Aux elections, la majorité doit être rassemblée?». A moins d'un an des municipales et des européennes, c'est le message, qu'hier soir, Francois Hollande a voulu faire passer à ses alliés politiques lors d'un diner inédit. Pour la première fois, le président de la République recevait ensemble à l'Elysée Harlem Désir (PS), Pascal Durand (Europe Ecologie les Verts), Jean-Luc Laurent (MRC), Jean-Michel Baylet (Radicaux de gauche) et le petit Mouvement unitaire progressiste du communiste Robert Hue. Le tout en présence du Premier ministre Jean-Marc Ayrault. «?Le but était de rapprocher nos points de vue en amont pour qu'ils ne s'opposent plus pendant le débat parlementaire?», a confié à sa sortie Jean-Michel Baylet.

Et pour cela visiblement les patrons de la gauche avaient des choses à se dire : arrivés à 20 h 30, ils ne seront repartis du palais que deux heures et demi plus tard. Francois Hollande a conduit les échanges précisant, par courtoisie, que le Premier ministre est «?le chef de la majorité?». Trois tours de table ont donc été organisés, chacun des invités prenant la parole à tour de rôle sur les sujets chauds. «?Le président s'est montré très à l'écoute et attentif?», indique un des convives. A quelques semaines d'une rentrée qui s'annonce délicate, le président a surtout voulu donner sonder au sein de sa majorité. Notamment sur la question du budget. Le chevenementiste Jean-Luc Laurent et d'autres ont ainsi indiqué qu'au niveau hausse d'impôt, «?il ne fallait pas en rajouter?». Voilà Hollande prévenu. Autre patate chaude la soirée, la transition énergétique. Si le président a réaffirmé qu'il fermerait la centrale de Fessenheim et ouvrira le réacteur de troisième génération EPR à Flamanville, il a aussi été question des gaz de schiste. «?S'il a dit non à l'exploitation, la recherche, elle, doit continuer?», témoigne un invité. Et ce, malgré ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • miez1804 le mardi 23 juil 2013 à 17:06

    Et pour cela visiblement les patrons de la gauche avaient des choses à se dire : arrivés à 20 h 30, ils ne seront repartis du palais que deux heures et demi plus tard, ils ont pas du dire grand chose en 15 min, le reste du temps il se sont goinfré a nos frais!Bouffon.s

  • bordo le mardi 23 juil 2013 à 11:36

    Alors, la bouffe a été bonne au frais des contribuables ?

  • M3493130 le mardi 23 juil 2013 à 10:50

    SArko avait fait l'ouverture. Hollande fait la fermeture! Après tout c'est un dîner comme il y en a beaucoup d'autres et c'est nous qui payons. Le Président a besoin d'entendre ses partisans directement. N'oublions pas qu'il est le Président de tous les français et qu'on s'attend à l'invitation à dîner de l'UMP, de L'UDI ,du FN et des non inscrits d'opposition car ils ont aussi des choses à dire directement au Président.On voudrait être une petite souris!

  • M8252219 le mardi 23 juil 2013 à 09:31

    Men/teur une fois de plus.

  • .jpeg le mardi 23 juil 2013 à 08:55

    "Moi président de la République je ne serais pas un chef de clan ... " pose aussi la question de savoir lequel des invités outragé a refusé l'invitation de l'enfumeur ?

  • bordo le mardi 23 juil 2013 à 08:47

    Ils ont tous de belles tetes de vainqueurs... nous n'avons que l'embarras du choix.

  • M6281517 le mardi 23 juil 2013 à 08:34

    Le président de tous les Francais ?

  • kelbelom le mardi 23 juil 2013 à 08:02

    Oui, hi hi, après le mur, le dîner.

  • frk987 le mardi 23 juil 2013 à 07:35

    Un remake du film : un diner de..... ???????????