«Dîner copines» chez Ségolène Royal

le
18
«Dîner copines» chez Ségolène Royal
«Dîner copines» chez Ségolène Royal

Ségolène Royal reçoit, et les hommes du gouvernement n'ont qu'à bien se tenir. Ce soir, la ministre de l'Ecologie convie autour de sa table les femmes ministres. « C'est un dîner convivial, sans ordre du jour particulier, mais on évitera de parler de travail. A priori, tout le monde sera là », se réjouit-elle.

Christiane Taubira (Justice), Marylise Lebranchu (Décentralisation), Marisol Touraine (Affaires sociales), Aurélie Filippetti (Culture), George Pau-Langevin (Outre-Mer) et Najat Vallaud-Belkacem (Droits des femmes, Sport, Ville) ont en effet accepté l'invitation. Prise par d'autres obligations, la radicale de gauche Sylvia Pinel (Logement) sera absente. Les secrétaires d'Etat, elles, n'ont pas été conviées. « Elles le seront par la suite », promet Royal, qui veut que ce dîner se perpétue et soit organisé à tour de rôle.

Pour l'ancienne candidate à la présidentielle, que l'on dit isolée, ce rendez-vous est aussi une façon de montrer qu'elle ne fait pas cavalier seul. Et d'assumer son rôle de femme numéro 2 du gouvernement. « C'est la ministre la plus expérimentée du gouvernement, elle est donc tout à fait légitime pour réactiver cette tradition », confie Sébastien Denaja, député proche de Royal.

L'occasion d'aplanir quelques différends

L'idée n'est en effet pas nouvelle. Au printemps 1998, Martine Aubry, alors en charge des Affaires sociales, décide d'organiser un déjeuner avec les femmes du gouvernement Jospin. Le rendez-vous, où l'on parle notamment des difficultés à concilier vie de ministre et de mère, devient régulier, même après le départ d'Aubry, fin 2000. Dominique Voynet, Elisabeth Guigou et Ségolène Royal, déjà, font partie de ces déjeuners de « copines ». « Il valait mieux en être, sinon nos oreilles sifflaient », se souvient une des ministres de l'époque. A droite, Michèle Alliot-Marie avait aussi organisé un repas 100 % féminin sous la présidence ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • pier4564 le mardi 10 juin 2014 à 12:19

    c'est quoi cette discrimination par le sexe?

  • riboule6 le vendredi 30 mai 2014 à 20:37

    Il faut qu il se tire

  • riboule6 le vendredi 30 mai 2014 à 20:34

    C est vraiment une konnass

  • fquiroga le vendredi 30 mai 2014 à 13:50

    Diner de cons façon Francis Veber? Mais cela ne me fait pas rire car c'est moi qui paie!!!!

  • gnapi le vendredi 30 mai 2014 à 12:47

    Tiens y aura Filippetti, celle qui a fait dégager Pellerin du festival de Cannes. Qui y était tout de même (ce n'est pas une raison pour réduire les frais du contribuable), mais privée de photo. On comprend mieux que les secrétaires d'Etat ne soient pas conviées : l'ambiance pourrait être plus froide.

  • gnapi le vendredi 30 mai 2014 à 12:45

    Pas mal comme principe ce diner "convivial" où "Il valait mieux en être" ... mélange des genres. Comme d'habitude. Surtout venant de celle qui défend les femmes en général mais pas ses employées en particulier (cf. ses 2 condamnations au Prud'homme pour travail non rémunéré).

  • gnapi le vendredi 30 mai 2014 à 12:43

    Et Geneviève Fioraso va prêter un de ces 5 chefs cuistots ? Ils doivent s'ennuyer ses 5 cuistots pour son cabinet de 10 personnes ... même si ce n'est qu'un cabinet de secrétaire d'Etat (à la Recherche et l'Enseignement Supérieur, surement pour faciliter l'apprentissage ??).

  • gnapi le vendredi 30 mai 2014 à 12:41

    Ce diner où l'n "évitera de parler travail" n'est donc pas rendu nécessaire par la charge ministérielle, ni par une autre lié à la République. C'est un diner privé donc. Qui le paye ?

  • s.thual le vendredi 30 mai 2014 à 00:14

    et nous on passe a la caisse pour des gens qui se gavent sur notre dos

  • mucius le mercredi 28 mai 2014 à 13:59

    Discrmination